• CONTACT
Publicité


LES MALADIES

Embolie pulmonaire : des signes d’alerte précèdent souvent l’accident

Embolie pulmonaire : des signes d’alerte précèdent souvent l’accident

Embolie pulmonaire : des signes d’alerte précèdent souvent l’accident
SIphotography/iStock
Publié le 12.06.2016

Embolie pulmonaire : PREVENIR

Comment prévenir une embolie pulmonaire ?

Le traitement préventif de la phlébite est indispensable chez tous les malades à risque de thrombose veineuse en raison d’une immobilisation au lit que ce soit en médecine, ou après la chirurgie, en gynécologie-obstétrique, voire dans certains cas de cancers.
Cette prévention passe par la prescription d'héparine, en particulier d’héparine à bas poids moléculaire.
En cas de facteurs de risque de thrombose, la pilule contraceptive est contre-indiquée chez la femme jeune.

Comment prévenir une récidive d’embolie pulmonaire ?

Sous traitement bien conduit, les récidives d’embolie pulmonaires sont rares : elles sont observées dans moins de 10 % des cas. En revanche, en l'absence de traitement, ou sous traitement insuffisant, elles sont fréquentes, observées dans 25 % des cas, et représentent le principal risque de la maladie.
Elles peuvent conduire à la détérioration de l’état du malade, avec survenue de signes de gravité ou entraîner la mort.
Les récidives d’embolies pulmonaires nécessitent un traitement anticoagulant prolongé, au moins 6 mois, voire 18 mois. Il sera définitif dans certains cas (déficit du système fibrinolytique physiologique avec risque d’évolution vers le cœur pulmonaire chronique).
Les indications d'interruption de la veine cave inférieure sont désormais extrêmement limitées. On admet que l'interruption partielle de la veine cave inférieure par « filtre endocave » est licite dans deux circonstances seulement :
Soit en cas de récidive d'embolie pulmonaire formellement documentée en dépit d'un traitement anticoagulant parfaitement surveillé et conduit, soit en cas de contre-indication formelle, absolue et définitive à l'usage du traitement anticoagulant chez des sujets exposés à un risque élevé de thrombose veineuse profonde récidivante et/ou d'embolie pulmonaire récidivante.

<< TRAITEMENT
PLUS D’INFOS >>
Sur le même sujet :

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité