Publicité

MIEUX VIVRE

Ménopause : les hommes sont-ils responsables ?

Des généticiens canadiens affirment que la ménopause serait liée au fait que les hommes ont une propension historique à rechercher des compagnes plus jeunes.

Ménopause : les hommes sont-ils responsables ? Mood Board / Rex Featur/REX/SIPA

  • Publié 16.06.2013 à 20h12
  • |
  • |
  • |
  • |


Et si les processus physiologiques et naturels avaient d’autres origines.  C’est la théorie avancée  par une une équipe de chercheurs canadiens sur la ménopause. Dans un article publié sur la revue en ligne PLOS Computational Biology, ces généticiens affirment que les femmes connaissent la ménopause parce que les hommes ont eu une tendance historique à choisir des compagnes plus jeunes. Du coup, la fertilité serait devenue au fil du temps inutile pour les femmes après 45 ans. Pour le Pr Rama Singh, auteur de l’étude, l’extension actuelle de la longévité et des grossesses plus tardives pourraient potentiellement repousser l’âge de la ménopause sur une longue période.

C’est exactement le contraire, objecte le  Dr Maxwell Burton-Chellew,  biologiste à l’université d’Oxford. C’est parce que les femmes deviennent moins fertiles que les hommes ont une préférence pour les femmes plus jeunes.

En attendant que les experts se mettent d’accord, quelques rappels simples sur cette période souvent délicate pour les femmes.

Il s’agit d’une étape assez brève de la vie de la femme. La ménopause se définit par l’arrêt des règles. Brutale ou échelonnée, aucune femme n’y échappe. Les hormones sécrétées pour faciliter la création n’étant plus présentes, il peut donc apparaître des symptômes dus au manque de ces hormones principalement les œstrogènes.

Même si pour la majorité des femmes, la ménopause arrive vers l'âge de 50 ans, elle peut survenir de façon naturelle entre 40 et 55 ans.

La ménopause entraîne une grande variété de symptômes : bouffées de chaleur, règles irrégulières, sécheresse de la peau et du vagin, troubles du sommeil, irritabilité, incontinence urinaire, prise de poids.

L’abaissement du taux d'estrogènes caractéristique de la ménopause a des conséquences à long terme sur les os (ostéoporose), les vaisseaux sanguins et le cœur (hypertension artérielle, maladie coronarienne, athérosclérose, infarctus, accident vasculaire cérébral). Dix ans après la ménopause, les risques cardiovasculaires encourus par les femmes sont aussi élevés que ceux encourus par les hommes du même âge.

Que faire en cas de ménopause ?

Quelques mesures peuvent aider à passer le cap de la ménopause, même si elles n’ont pas fait l’objet d’études scientifiques :

Mangez de manière équilibrée et évitez les aliments épicés, la caféine (café, thé, chocolat, cola) et les boissons chaudes ou alcoolisées génératrices de bouffées de chaleur. Enrichissez votre alimentation en calcium (lait et produits laitiers, eaux minérales riches en calcium, éventuellement préparations à base de calcium).
Faites du sport (marche, natation, vélo, etc.) pour régulariser votre sommeil et lutter contre les troubles de l’humeur, l’ostéoporose, le surpoids, le cholestérol et les maladies cardiovasculaires.
Relaxez-vous en pratiquant le yoga, la méditation, le tai chi, le stretching, etc. Prenez le temps de vous occuper de votre corps : massages, hydratation, soins de la peau, etc.
En cas de sécheresse vaginale, des produits d’hygiène, vendus en pharmacie ou dans les grandes surfaces, tels que gels et liquides lubrifiants peuvent être placés à l’entrée du vagin avant chaque rapport et jouent le même rôle que les sécrétions physiologiques. On préférera les gels à base d’eau et non de corps gras.

Qu'appelle-t-on traitement hormonal de substitution (THS) ?

Lorsqu’ils sont sévères, les traitements des troubles liés à la ménopause reposent sur la prescription d'hormones sexuelles, les estrogènes et la progestérone, destinées à compenser la chute de leur taux sanguin (c’est le traitement hormonal de substitution ou THS).

Les études récentes ont montré que le THS, pris pendant plusieurs années, augmente le risque de maladies cardiovasculaires et d'accidents vasculaires cérébraux (attaques). Le THS combinant estrogènes et progestérone augmente également le risque de cancer du sein (mais diminue le risque de cancer de l'utérus).

Pour ces raisons, le THS est contre-indiqué chez les femmes qui ont des antécédents personnels de maladie cardiovasculaire, qui ont déjà souffert d’un cancer du sein ou de l'utérus, ou qui présentent des hémorragies vaginales anormales.

Pour les autres femmes, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a émis des recommandations claires :
 le THS est indiqué chez les femmes souffrant de troubles liés à la ménopause (notamment de bouffées de chaleur) avec un retentissement important sur la qualité de vie. Un THS peut alors être instauré si la femme le souhaite, à la plus petite dose efficace, pour la durée la plus courte possible, avec une information claire sur les risques. Une réévaluation régulière doit être assurée par le médecin traitant.
Le THS est également indiqué chez les femmes ménopausées présentant un risque élevé de fractures, mais seulement en cas d'intolérance ou de contre-indication aux autres traitements indiqués dans la prévention de l'ostéoporose.

Si vous vous interrogez sur l'opportunité d'un THS, parlez-en avec votre médecin ou votre gynécologue. Faites-vous expliquer clairement l’utilité d’un traitement dans votre cas et sur ses éventuels risques et bénéfices.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité