Publicité

QUESTION D'ACTU

Victimes étrangères de l'affaire du sang contaminé


  • Publié 30.09.2013 à 09h58
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est l’histoire d’une famille dévastée que retrace ce soir Canal + dans un documentaire (1). En 1986, cinq enfants irakiens sont envoyés en prison où ils décèdent très rapidement en raison de leurs mauvaises conditions d’incarcération. On leur reproche d’avoir… le sida. Hémophiles, ces petits Irakiens avaient été contaminés par des produits sanguins provenant de France.

Le documentaire L’Autre scandale, signé de Marie-Ange Poyer, raconte comment des étrangers ont été, eux aussi, victimes de l’affaire du sang contaminé qui a ébranlé la France. Une affaire qui pourrait revenir sur le devant de la scène, prévient la journaliste Elisabeth Fleury dans le Parisien.

Doyenne de la Faculté de la Sorbonne, Géraldine Chavrier vient de lancer un appel à témoins pour retrouver la trace d’hémophiles étrangers contaminés par des poches de plasma vendues après le 22 novembre 1984 par les laboratoires Mérieux. « A cette date, précise le quotidien, l'administration française connaît le risque de contamination mortelle des produits sanguins non chauffés ». Mais il faudra attendre près d’un an pour que la sécurité sociale ne rembourse plus ces lots. Et surtout, précise la journaliste, l’administration « ne retirera pas aux laboratoires Mérieux, chargés de la distribution de ces lots, l'autorisation d'exportation dont ils bénéficient ». Le risque est parfaitement identifié, mais des stocks de poches sont écoulés en Irak, en Tunisie ou en Grèce. Des pays qui sont moins regardants sur la qualité des produits fournis et sur leur traçabilité.

En 2004, des victimes étrangères attaquent l’Etat français, coupable selon elles, de ne pas avoir interdit ces exportations. L’action est périlleuse, d’autant que les dossiers médicaux sont rarement à jour. Mais il est surtout difficile, 20 ans après les faits, de prouver que la contamination a bien été causée par un lot sanguin issu du laboratoire Mérieux.

C’est la raison pour laquelle l’universitaire Géraldine Chavrier lance cet appel aux médecins et aux personnels des hôpitaux étrangers et aux salariés de laboratoires français pour reconstituer la liste exhaustive des lots de sang exportés de novembre 1984 à 1986. Pour que justice soit faite.

 

(1) Canal +, lundi 30 septembre, 22h40

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité