Publicité

QUESTION D'ACTU

A notre confrère, Mathieu


  • Publié 16.11.2015 à 09h33
  • |
  • |
  • |
  • |


Il était l’un des symboles parisiens de la culture, de la diversité et de la jeunesse. Le Bataclan est aujourd’hui le miroir de l’enfer que la France a connu lors de ce sinistre vendredi 13. Longtemps, ses murs garderont les marques de sang que des barbares ont répandues avec une froideur inhumaine, longtemps ces images de victimes rampantes pour échapper à l’horreur planeront sur les lieux, longtemps les cris de ces personnes achevées à bout portant résonneront dans nos mémoires. Comme ceux de ces Parisiens dont la vie a été volée à une terrasse d’un café, d’un restaurant ou aux abords du Stade de France.

Ce soir-là, nous nous sommes tous inquiétés pour un enfant, un proche, des amis. « Alors, tout va bien chez vous ? »
Non. Mathieu Hoche, collaborateur de notre rédaction et d’autres, comme France 24, est mort au Bataclan. Notre confrère avait 37 ans et laisse un petit garçon et une maman. A sa famille, à ses amis, à tous ceux qui l’ont côtoyé lors de reportages, nous voudrions témoigner de notre profonde sympathie.

Et faire une promesse. A l’image des ces milliers de Parisiens qui ont, durant tout le week-end, porté haut nos couleurs. Aux côtés des forces de l’ordre et de ces professionnels de santé qui ont œuvré sans relâche pour stopper l’hémorragie et pansé les plaies d’un pays blessé.

Ce matin, avec ceux qui le peuvent, nous allons reprendre le travail et avancer. Parce que Mathieu était chacun d’entre nous.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité