Publicité

QUESTION D'ACTU

"Bien Vivre" avec la Fédération de cardiologie

Comment prendre soin de son coeur grâce au sport

Selon l'OMS, la sédentarité est le quatrième facteur de risque de mortalité dans le monde. La Fédération française de cardiologie organise samedi le festival du Bien Vivre pour montrer qu'un peu d'activité physique apporte de réels bénéfices sur le coeur.    

Comment prendre soin de son coeur grâce au sport David Goldman/AP/SIPA

  • Publié 05.09.2014 à 18h57
  • |
  • |
  • |
  • |


 

Apprendre à « Bien vivre » sa santé, c’est possible et cela peut même être agréable. Pour en faire la preuve, la Fédération Française de Cardiologie (FFC) organise son 1er Festival du « Bien Vivre » ce samedi 6 septembre à Paris (Place de la République). Elle invite pour cette occasion les familles, les amis à venir nombreux afin d'apprendre des gestes simples pour se relaxer, pratiquer une activité physique régulière et à cuisiner de bons plats équilibrés, tout cela en se faisant plaisir. Le but de cette manifestation dont pourquoidocteur est partenaire, faire reculer de 80 % les maladies cardiovasculaires grâce à une prévention positive. Comment ? Par exemple, en faisant la promotion de l'activité physique. 

3/4 des Français font moins de 10 000 pas par jour
Aujourd'hui, l'insuffisance d'activité physique représente une véritable épidémie. Notamment dans les pays industrialisés, où le mode de vie est responsable de l'augmentation de la morbidité.
En chiffres, la sédentarité est de nos jours le 4ème facteur de risque de mortalité après l’hypertension, le tabagisme et le diabète à travers le monde. Et 3/4 des Français ne font pas les 10 000 pas par jour recommandés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). « Cela peut paraître énorme mais la plupart des gens en font environ la moitié au cours d'une journée normale. Cela signifie qu'il suffit d'ajouter de 4 000 à 6 000 pas par jour pour arriver à l'objectif, ce qui correspond aux trente minutes d’activité », précise la FFC.

Un effort qui vaut le coup puisque rompre la spirale de la sédentarité apporte des résultats immédiats. « Une demi-heure de pratique quotidienne parvient à réduire de 25 à 30 % les risques de mortalité cardiovasculaire », rappelle ainsi la FFC. Cela limite aussi les risques de récidive chez les cardiaques…. mais il faut pratiquer une activité ou un sport adapté à l’âge, à la corpulence et surtout en se faisant plaisir.
Alors, pour d'autres conseils, retrouvez ci-dessous l'entretien croisé entre le Pr Hervé Douard (Vice président de la FFC), cardiologue au CHU de Bordeaux et Kévin Coique, prof de fitness et fondateur du Mouv'K. Deux professionnels que vous retrouverez bien évidemment sur le Festival du Bien Vivre.

Pr  Hervé Douard, cardiologue au CHU de Bordeaux. Vice président de la FFC 

 

Quelle fréquence de sport conseillez-vous ?

Pr Hervé Douard : Tant pour les sujets qui n'ont pas eu de problèmes cardiaques que pour ceux qui en ont déjà eu, on conseillait avant un mininum de 30 minutes d'activité physique par jour. Mais bon, on sait maintenant que c'est impossible à tenir. Du coup, aujourd'hui on recommande 3 fois par semaine 30 minutes d'activité sportive. Là vraiment, on commence à avoir un bénéfice optimal pour la santé cardiaque. Malgré tout, c'est loin d'être appliqué par la plupart de nos patients. 

Comme sports, je conseille surtout ceux d'endurance dans lesquels on fait un effort continu le plus longtemps possible (course à pied, marche rapide, vélo...)
Par contre tous les sports avec des efforts brutaux sont déconseillés aux cardiaques.  


Appliquez-vous ces principes à vous-même ?
Pr Hervé Douard : Personnellement, je n'arrive pas à suivre ces recommandations, à cause d'une question de timing. Mais je ne suis pas un bon exemple. Quand on veut vraiment, on trouve toujours le temps pour faire du sport. En fait, une paire de chaussures suffit toujours à faire un petit footing. J'ai des collègues qui ont le même emploi du temps que moi et qui arrivent à faire une heure de sport par jour.

Pour moi, l'excuse du surmenage professionnel n'est pas valable. D'ailleurs, je la réfute toujours en consultation. 

Comment les profs de sport ou de fitness doivent se comporter avec des cardiaques ?
Pr Hervé Douard : Il doivent vraiment tenir compte de la psychologie du sportif. Par exemple, les gens qui se lancent souvent dans le sport à l'excès, après des problèmes cardiaques, sont souvent dans le déni de la maladie et font n'importe quoi. Les profs de sport doivent notamment savoir que la musculation chez quelqu'un qui a déjà été ponté est à proscrire.

Enfin, ils doivent sans cesse leur répéter de respecter les consignes de travail progressif, d'échauffement et de récupération active.
Un dernier conseil, ils doivent toujours demander la fréquence cardiaque à vos clients et adapter le sport en fonction.
 

Kévin Coique, prof de fitness et fondateur du Mouv'K



Que conseillez vous à vos clients ?
Kévin Coique : Déjà je leur conseillle de faire des exercices d'endurance pour muscler leur coeur (course, marche). Mais aussi de bien se reposer après chaque séance.
De plus, je demande à chaque client sa fréquence cardiaque. Et s'il ne la connaît pas, je la lui prends. Ensuite, je le place à un seuil pour qu'il puisse muscler son corps et se faire du bien en même temps.
Enfin, je veille toujours à ce qu'il s'hydrate bien et s'alimente le mieux possible.


Vous-même, avez-vous une hygiène de vie irréprochable ?
Kévin Coique :
Déjà je ne consomme jamais de boissons énergisantes. Mais je ne me prive pas. Je mange sainement.

Par contre, je ne m'en cache pas, je prends des compléments alimentaires. Mais uniquement parce que j'ai une activité physique élevée. Donc, pour palier tout ce qu'on ne trouve pas dans les aliments, je complète avec des acides animés juste pour la récupération musculaire.
Mais je dis toujours à mes clients de faire très attention avec ces produits. Et je les conseille sur comment les prendre. Le but ce n'est surtout pas qu'ils ressemblent à Hercule ! Surtout qu'il est tout à fait possible de prendre du muscle sans produits.
En revanche, j'ai un problème, c'est que je repose peu mon corps. Mais tout comme votre cardiologue je ne suis pas un exemple.

Justement, un conseil pour notre cardiologue ?
Kevin Coique : Je ne me permettrai pas !
Car lorsque le cardiologue donne un conseil, en général je suis toujours d'accord.
En fait, on fait un travail complémentaire. Avec un objectif commun, faire la promotion du sport pour que les gens restent en bonne santé.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité