Publicité

QUESTION D'ACTU

Moustique tigre

Chikungunya : les Antilles font la chasse aux idées reçues

Les autorités martiniquaises publient un livret d’information pour couper court aux rumeurs qui circulent dans les îles touchées par le chikungunya.

Chikungunya : les Antilles font la chasse aux idées reçues Capture d'écran de la brochure anti-rumeurs

  • Publié 28.06.2014 à 17h32
  • |
  • |
  • |
  • |


De la Réunion aux Antilles, les théories du complot et les fausses idées autour du chikungunya se propagent à vitesse grand V. Pour endiguer ce phénomène, l'Agence Régionale de Santé, le conseil général et la préfecture de Martinique ont procédé à une mise au point, à travers un fascicule qui reprend les dix grandes rumeurs sur le chikungunya. Extraits.

« Le chikungunya est dans l’air » FAUX
C’est l’idée la plus répandue : les moustiques ne joueraient aucun rôle dans la maladie ; le virus se propagerait dans l’air. Cette rumeur, associée à une méfiance à l’égard des discours sanitaires officiels, a généré un sentiment de panique et amené une partie de la population à pratiquer l’automédication. Le média haïtien de presse alternative AlterPress relève ainsi que « des personnes, non infectées par le virus, prennent tout de même du paracétamol, pensant se prémunir ainsi contre une infection. Le moindre malaise est associé au chikungunya » et qu’avec cette maladie, « le terrain semble favorable à de la propagande religieuse. Des voix s’élèvent, parlant de prophétie, prescrivant la Bible et la sollicitation d’un pardon à Dieu ».

« Des laboratoires ont laissé s’échapper le virus » : FAUX
La rumeur fait le tour des îles. L’épidémie de chikungunya serait liée à une attaque bioterroriste, ou à un calcul particulièrement cynique des laboratoires pharmaceutiques. Pour contrer cette idée, la brochure rappelle que le virus est apparu dans les années 1950 et explique l’explosion récente du nombre de cas par la présence de larves sur « des conteneurs, des pneus, etc… qui se sont développées au contact de l’eau à leur arrivée en Martinique ». Sur la page Facebook du média Martinique Première, les internautes restent dubitatifs.

« Il n’y a que les populations noires qui contractent le virus » : FAUX
Idée également répandue : le moustique ne s’attaquerait qu’aux peaux noires. Les auteurs du livret soulignent qu’au contraire, « le chikungunya n’a pas épargné l’Europe. Des cas sont survenus en Italie en 2007 et dans le sud-ouest de la France métropolitaine en 2010 chez des personnes piquées par un moustique implanté localement ».

« Les pouvoirs publics sont inactifs » : FAUX
La propagation de cette rumeur donne une idée des rapports de confiance entre les populations touchées par le chikungunya et les autorités, régulièrement pointées du doigt pour leur manque présumé d’implication. La brochure le promet : « l’État, les collectivités, les communes et communautés d’agglomérations, les grands opérateurs sont tous mobilisés depuis le début de l’épidémie ». Et de rappeler que l’éradication du chikungunya est « affaire de tous » et qu’il revient à chacun de traquer ce moustique domestique qui prolifère dans les maisons.

« On peut attraper plusieurs fois le chikungunya « : FAUX
« Une fois qu’on a attrapé le virus, on est immunisé », insiste le fascicule. Le chikungunya ne s'attraque qu'une seule fois. Une affirmation que nuance toutefois le site guadeloupéen France-Antilles : « Les anti-corps qu'on développe après une infection ont un pouvoir de protection important. Toutefois, les scientifiques manquent encore de recul sur la question. L'immunité peut durer plusieurs années, mais difficile de dire si elle peut durer toute une vie ».

« Les pulvérisations sont la solution pour éradiquer les moustiques » : FAUX
Un message dirigé contre l’utilisation massive de pesticides et insecticides sur les îles - une méthode inefficace, selon les auteurs du livret, qui rappellent que « le moustique développe une résistance croissante aux produits utilisés pour les pulvérisations ». En 2006, au début de l’épidémie, l’ONG WWF s’était alarmée de cette pratique sur l’île de la Réunion: « Le Fénitrothion et le Téméphos, deux insecticides hautement toxiques, ont été pulvérisés massivement, et le plus souvent par des personnes inexpérimentées, dans l’atmosphère des zones résidentielles, des écoles et un peu partout ailleurs sur l’île », avait-elle dénoncé.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité