Publicité

QUESTION D'ACTU

Délivrance de "brevet solaire"

Dangers du soleil : les dermatologues s'invitent dans les écoles

Sensibiliser les enfants aux dangers du soleil, c'est le pari que tentent les dermatologues. Ils vont délivres des "brevets solaires" dans les écoles primaires, dans l'espoir de toucher les parents.

Dangers du soleil : les dermatologues s'invitent dans les écoles DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 02.05.2014 à 07h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Les parents ne sont pas totalement inconscients ! En général, ils protègent bien leurs enfants du soleil. « En revanche, ils ne se protègent pas bien eux-mêmes des risques liés au soleil, regrette Luc Sulimovic, président du syndicat national des dermatologues-vénérologues. C’est pour cela que nous comptons sur les enfants pour éduquer leurs parents ! »


Pour atteindre leur cible, les dermatologues ont donc lancé, avec le laboratoire La Roche-Posay, le « brevet solaire ». L’opération consiste à aller au-devant des enfants de classes primaires et de les initier aux connaissances scientifiques du soleil et des UV, de façon ludique. Première expérience vécue par les enfants : au travers d’une expérience utilisant un papier réactif aux rayons UV, les enfants observent que sous l’effet de ces rayons, le papier UV change de couleur, une réaction se produit… et donc par analogie, sur la peau, c’est la même chose. Un outil leur permet également de savoir ce qui se cache derrière le terme générique de « rayons du soleil ». Les enfants comprennent qu’il existe des rayons qui produisent de la chaleur (les infrarouges), des rayons qui produisent de la lumière, mais aussi des rayons qui ne se voient pas mais peuvent altérer la peau (les ultraviolets).

Deuxième temps du « brevet solaire » : la diffusion de petits films de 3mn avec des petits quizz sur « La peau, qu’est-ce que c’est ? », « De quoi est composée la lumière du soleil ? » ou encore « Pourquoi faut-il se protéger ? »…


Un diplôme qui donne une légitimité aux enfants
Au bout d’environ une heure et demi de formation, les élèves se voient remettre leur « brevet solaire ». « Cela leur donne une légitimité pour expliquer à leurs parents pourquoi et comment ils doivent se protéger », explique le Dr Luc Silimovic. Mais, les jeunes enfants ne repartent pas seulement avec leur diplôme en poche. « Les chevaliers du soleil », un jeu de cartes à collectionner et à échanger leur est aussi remis. « En jouant avec, cela permet de faire des piqûres de rappel sur les conseils qui leur ont été prodigués en classe », espère le président du syndicat national des dermatologues-vénérologues.


Pas moins de 350 000 enfants issus de 5000 écoles devraient bénéficier de cette sensibilisation. Un brevet pour les 6-8 ans est prévu et un autre pour les 8-10 ans. Si la femme, réputée être la personne en charge de la santé dans le foyer, est souvent la cible des campagnes de prévention, les dermatologues ont donc, eux, décidé de s’adresser aux enfants. Le Dr Luc Similovic espère ainsi qu’ « à l’adolescence, ils ne reproduiront pas les mauvaises habitudes de leurs parents. »


8-12 ans, l'âge idéal pour passer des messages de prévention
Une stratégie qui pourrait s’avérer payante puisque bon nombre de spécialistes de la prévention ont déjà constaté que les enfants relayaient bien les messages. La Fondation La main à la pâte, qui œuvre pour l’enseignement des sciences aux écoliers français, s’appuie elle aussi sur ces jeunes messagers de santé. « Lorsqu’ils ont été sensibilisés en classe aux risques solaires par notre module Vivre avec le soleil, ce sont presque les enfants eux-mêmes qui rappellent à leurs parents qu’ils doivent leur remettre de la crème solaire au bout de 2h ! », confiait récemment à pourquoidocteur Béatrice Descamps-Latscha, responsable de l’éducation à la santé à la Fondation La main à la pâte. « Entre 8 et 12 ans, du CE2 au CM2, c’est vraiment l’âge idéal. Les enfants comprennent déjà très bien ce qu’on leur explique et ils sont encore à l’âge où on raconte à ses parents ce qu’on a fait à l’école », poursuivait alors Jean-Pierre Bastard, président de l’association Etre et savoir Prévention santé.


80 000 cancers de la peau par an
Les responsables du Programme national nutrition santé, le PNNS, ont fait ce même pari. Leurs messages tels que « Pour votre santé, mangez 5 fruits et légumes par jour », ou encore « Pratiquez une activité physique régulière » ont été largement diffusés au moment où les enfants sont devant leur télévision. Or, une étude du ministère de la Santé a montré que le surpoids et l’obésité chez les 5-6 ans est passée de 14 ,4% en 2000 à 12,1% en 2006, soit une baisse de 16% en six ans. Pour le ministère, le PNNS a porté ses fruits.

 

Reste maintenant à savoir si les effets du « Brevet solaire » pourront se mesurer dans quelques années. L’enjeu est de taille puisque 80 000 cancers de la peau sont diagnostiqués chaque année en France. Et la plupart des cancers de la peau seraient dus à une surexposition incontrôlée, notamment dans l’enfance.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité