Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude sur 600 étudiants

L’intuition féminine liée à une hormone masculine

Les femmes peu exposées à la testostérone avant leur naissance répondent plus par intuition qu’après réflexion.

L’intuition féminine liée à une hormone masculine SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 25.04.2014 à 17h58
  • |
  • |
  • |
  • |


Une hormone masculine expliquerait l’intuition féminine. Cela paraît paradoxal, mais une étude hispano-britannique associe l’exposition prénatale à la testostérone et la prédisposition à adopter une pensée intuitive ou réflexive. Les résultats paraissent dans l’édition de mai de la revue Psychoneuroendocrinology.

 

Les femmes font plus confiance à leur intuition

Contrairement à l’intuition, la réflexion demande un effort cognitif intense et une analyse consciente. Pour vérifier si la prédominance de l’une ou l’autre des capacités est bien liée à une exposition à la testostérone pendant la grossesse, les chercheurs ont recruté 600 étudiants de la faculté d’Economie de l’université de Grenade (Espagne).
Dans un premier temps, les participants ont répondu à plusieurs questionnaires. Certains étaient en réalité des tests de réflexion cognitive (CRT). Constitués de 3 questions, ils évaluent la capacité à surmonter une réponse intuitive pour réfléchir. La formulation de la question pousse à répondre intuitivement, mais pour trouver la bonne réponse, il est nécessaire de dépasser cette première idée.

 

Confrontés aux CRT, les deux sexes n’ont pas été égaux, même si 61 % des participantes ont eu faux à toutes les questions, contre 43 % des participants. « Les femmes ont tendance à donner plus de réponses intuitives, tandis que les hommes répondent de manière plus réfléchie. En d’autres termes, dans ce test concret qui pénalise l’intuition, les hommes font généralement mieux que les femmes », explique Antonio Manuel Espín, auteur principal de l’étude. Là où 16 % des hommes répondaient juste à 2 questions, 9 % des femmes faisaient de même. Même constat à 3 réponses correctes : deux fois plus d’hommes étaient concernés.

 

Un faible ratio digital prédispose à l’intuition

La deuxième étape de cette étude a consisté à mesurer les taux d’exposition prénatale à la testostérone. Pour cela, un test simple existe : le ratio digital, que l’on obtient en divisant la longueur de l’index par celle de l’annulaire de la même main. « Plus le ratio est bas, plus l’exposition prénatale à la testostérone est forte, donc plus la disposition cérébrale est « masculine », indépendamment du sexe du sujet », souligne Antonio Manuel Espín. « Les hommes ont bien évidemment un ratio digital moyen plus bas que les femmes. » Ce ratio a déjà été associé à des facultés de réflexion. Une étude précédente a associé un faible ratio à l’attention portée au détail chez des patients autistes, dont le ratio digital est particulièrement bas.

 

Dans cette population générale, les femmes au ratio digital plus « masculin » ont eu d’aussi bons résultats que les hommes. « Pour être plus précis, nous avons trouvé une indication selon laquelle l’exposition prénatale à la testostérone prédispose les gens à adopter une pensée plus réflexive et moins intuitive », précise Antonio Manuel Espín. Sans surprise, le sexe féminin y est plus sensible, car il possède naturellement moins de testostérone.

Il serait toutefois « simpliste » de limiter l’intuition à ce seul facteur, reconnaissent les chercheurs. Cela pourrait mener à « des résultats contradictoire, erratiques ou non concluants », signalent-ils dans leur étude. En revanche, ces résultats confirment ce qui avait déjà été suggéré : l’exposition prénatale à la testostérone influence le développement du cerveau. Certaines études avaient par exemple montré qu’une forte exposition poussait les garçons à prendre plus de risques.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité