Publicité

QUESTION D'ACTU

En Grande-Bretagne

Des femmes payées pour allaiter leur enfant

Pour lutter contre un trop faible allaitement, le Royaume-Uni sort le carnet de chèques… cadeau. Les jeunes mères qui allaitent reçoivent un bon d’achat.

Des femmes payées pour allaiter leur enfant GILE MICHEL/SIPA

  • Publié 13.11.2013 à 17h32
  • |
  • |
  • |
  • |


La Grande-Bretagne utilise une méthode bien à elle pour encourager les femmes à allaiter. Pour chaque allaitement, un bon d’achat est offert à la jeune mère. Et plus elle allaite, plus la valeur du chèque augmente. Si l’expérience fonctionne, elle devrait être étendue à l’ensemble du pays, où seul un bébé sur quatre est nourri au sein.

 

140€ pour six semaines d’allaitement

Les comtés du Derbyshire et du South Yorkshire (centre du Royaume-Uni) mettent les petits plats dans les grands. Une expérimentation est mise en place jusqu’à mars 2014 auprès de 130 femmes issues de milieux défavorisés. Ces volontaires reçoivent un bon d’achat de 140€ si elles donnent le sein à leur bébé pendant les 6 semaines suivant l’accouchement. 100€ sont ajoutés si elles continuent l’expérience pendant 6 mois.

 

Ce n’est pas la première mesure du service de Santé publique britannique, le NHS, pour pousser à l’allaitement, mais certainement la plus originale. Elle part d’une observation simple : les bébés nés dans des zones riches sont quatre fois plus nombreux à être nourris au sein que ceux des zones défavorisées. D'où l'idée du coup de pouce financier.

 

La Grande-Bretagne n’est bien sûr pas le seul pays qui encourage l’allaitement. Choisir de manier la carotte plutôt que le bâton devrait en revanche inspirer les Etats comme le Venezuela. Les autorités obligent les mères à allaiter sous peine d’une amende qui peut atteindre 37 000€… La mesure pour le moins dissuasive est présentée comme ayant un intérêt sanitaire.

 

« L’aliment parfait pour le nouveau-né »

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande l’allaitement maternel exclusif jusqu'aux 6 mois de l'enfant. Entre six mois et deux ans, les aliments doivent être introduits progressivement tout en poursuivant l’allaitement pour éviter les carences. Dans les faits, ces recommandations sont peu suivies. Au Royaume-Uni, un tiers des bébés seulement est nourri au sein. En France, selon l’Institut de Veille sanitaire, la situation est contrastée. A la sortie de la maternité, deux mères sur trois allaitent. Après un mois, elles ne sont plus que 54% et 32% après 3 mois. Les régions défavorisées sont aussi celles où l’on nourrit le moins au sein.

 

L’allaitement a pourtant fait ses preuves : les bébés concernés sont généralement en meilleure santé. L'OMS affirme que le lait maternel protège en effet des maladies infectieuses et chroniques comme le diabète. Selon Clare Relton, professeur à l'université de Sheffield et organisatrice du projet, il protègerait aussi des troubles digestifs ou respiratoires. Cette alimentation réduit également le risque d’être obèse, tout en accélérant la guérison en cas de maladie. Nourrir son bébé au sein favorise son développement sensoriel et cognitif et réduit le risque de cancer ovarien ou mammaire chez la maman. Si l'OMS privilégie clairement l'allaitement, les laits maternisés ne sont pas non plus à exclure. Ils permettent une meilleure souplesse dans l'alimentation du bébé et permettent à la maman d'exercer une activité professionnelle.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité