• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Insuline

Diabète : les ours bruns pourraient détenir le secret pour vaincre la maladie

En nourrissant des grizzlis en hibernation avec du miel, des chercheurs américains ont découvert qu’ils étaient capables de contrôler leur insuline, une hormone régulant la glycémie. Une découverte qui pourrait faire avancer la recherche sur le diabète.

Diabète : les ours bruns pourraient détenir le secret pour vaincre la maladie ErikMandre/iStock


  • Publié le 22.09.2022 à 13h20
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • En France, en 2019, près de 4 millions de personnes ont été identifiées comme diabétiques.
  • Chez les personnes atteintes le diabète de type 1, le pancréas ne produit pas d’insuline. En revanche, chez les patients touchés par le diabète de type 2, l’organe sécrète encore de l’insuline, mais en quantité insuffisante.

Chaque année, les ours bruns prennent du poids, puis hibernent et ne bougent pratiquement plus pendant des mois. Ce comportement favoriserait le diabète chez les êtres humains, mais pas chez les grizzlis dont l’organisme peut activer et désactiver la résistance à l'insuline presque comme un interrupteur. C’est ce qu’ont révélé des scientifiques de l’université d'État de Washington (États-Unis) dans une étude publiée dans la revue iScience.

Dans le cadre de ces travaux, les chercheurs ont tenté de comprendre comment le corps des grizzlis fait pour contrôler l’insuline, à savoir une hormone naturellement produite par le pancréas qui est injectée chez les personnes diabétiques afin de réguler la glycémie.

Des prélèvements chez les ours durant les périodes d'activité et d'hibernation

Afin d’identifier les changements qui pourraient être responsables de la résistance à leur insuline, les auteurs ont réalisé un séquençage de l'ARN ciblé sur les adipocytes, soit les cellules adipeuses, des ours bruns. Ils ont également prélevé des échantillons sanguins durant les périodes d'activité et d'hibernation ainsi que durant une période d'hibernation interrompue au cours de laquelle l’équipe a donné du miel aux grizzlis.

En laboratoire, les scientifiques ont combiné différentes cultures cellulaires et différents échantillons de sang afin d'analyser les modifications génétiques qui se sont produites. Parmi toutes les combinaisons, c'est l’échantillon provenant de la période d'hibernation, durant laquelle les ours ont été nourris, qui a le plus aidé à identifier des protéines clés.

Hibernation : la capacité des ours à réguler l'insuline se réduit à huit protéines

"Il semble y avoir huit protéines qui, indépendamment ou ensemble, modulent la sensibilité et la résistance à l'insuline observées chez les ours en hibernation. Ces huit protéines ont toutes des équivalents chez les êtres humains. Elles ne sont pas propres aux ours. Les mêmes gènes se trouvent chez l'Homme, ce qui signifie qu'il y a peut-être une possibilité de reproduire cette résistance à l’insuline", a déclaré Joanna L. Kelley, auteure de l’étude, dans un communiqué.

Désormais, l'équipe prévoit d’examiner comment ces protéines agissent spécifiquement pour inverser la résistance à l'insuline. Ils espèrent que leur prochaine recherche pourrait conduire au développement de moyens de prévention ou d’un traitement contre le diabète.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES