• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Neurologie

Alcool : un verre suffit à altérer les neurones de manière permanente

Selon une étude allemande, boire une seule fois de l’alcool modifie à tout jamais les neurones dans le cerveau.

Alcool : un verre suffit à altérer les neurones de manière permanente itakdalee / stock


  • Publié le 29.08.2022 à 16h40
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Selon les spécialistes, un être humain ne doit pas consommer plus de 10 verres d’alcool par semaine et ne pas boire au moins deux jours dans la semaine.
  • La consommation d’alcool contribue de façon directe ou indirecte à 11 % des décès masculins et à 4 % des décès féminins en France, selon l'Inserm. Il s’agit de la deuxième cause de mortalité prématurée. Ainsi, en 2015, 41 000 décès étaient imputables à l’alcool (30 000 chez les hommes et 11 000 chez les femmes)

Une équipe de chercheurs allemands a découvert que l'administration d’une seule dose d'éthanol modifie de façon permanente la morphologie des neurones. Leurs travaux ont été publiés dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences.

Mouches et souris

Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont utilisé des mouches de fruits et des souris afin de constater les effets de l’alcool. "Nous avons entrepris de découvrir des changements moléculaires dépendants de l'éthanol. Ceux-ci, à leur tour, fournissent la base de changements cellulaires permanents après une seule intoxication à l'éthanol. Les effets d'une seule administration d'alcool ont été examinés au niveau moléculaire, cellulaire et comportemental", explique Henrike Schloz, co-auteur de l'étude, dans un communiqué.

Il s'est avéré que la prise d'alcool a modifié deux paramètres : la dynamique des mitochondries et l’équilibre entre les synapses dans les neurones. Les mitochondries, sortes de "centrales électriques" de la cellule, ont cette capacité de se déplacer pour donner de l’énergie aux cellules nerveuses. Néanmoins, l’apparition de l’éthanol a provoqué une perturbation dans leur mouvement.

Les changements sont d'ailleurs devenus permanents, comme le confirment les attitudes des mouches et des souris au cours de l’expérience. Les chercheurs ont notamment remarqué une augmentation de la consommation d’alcool et des rechutes d’alcool chez les cobayes.

Un impact sur la dépendance

Le remodelage morphologique des neurones est un processus connu de l’apprentissage et de la mémoire. Ces mécanismes seraient au centre de la formation de la mémoire associative liant les récompenses aux drogues.

Autrement dit, les changements morphologiques remarqués peuvent changer la formation de la mémoire liée à l’éthanol. Avec l’apparition des mitochondries dans les neurones, importantes dans la plasticité et la transmission synaptique, les scientifiques suggèrent que ces changements d’un point de vue cellulaire sont déterminants dans le développement des comportements de dépendance.

"Il est remarquable que les processus cellulaires contribuant à un comportement de récompense aussi complexe soient conservés chez toutes les espèces, ce qui suggère un rôle similaire chez l’Homme", affirme Henrike Scholz.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES