• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Mort cellulaire

Contre la maladie d’Alzheimer, misez sur la vitamine K !

La vitamine K permet de prévenir la mort cellulaire par ferroptose, un processus naturel qui est impliqué dans la maladie d'Alzheimer et les lésions aiguës des organes.

Contre la maladie d’Alzheimer, misez sur la vitamine K ! Gargonia/iStock


  • Publié le 10.08.2022 à 13h10
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La ferroptose est l’un des plus anciens processus de mort cellulaire.
  • La vitamine K fait partie des vitamines liposolubles, c’est-à-dire qui peuvent se dissoudre dans les graisses.

Épinards, brocoli, laitue, choux kale… Ces légumes verts sont riches en vitamines K. Cette substance organique essentielle à l'organisme est connue pour son rôle clé dans la coagulation sanguine et la préservation du tissu osseux. Récemment, des chercheurs de l’université d'Ottawa (Canada) ont révélé une nouvelle fonction de cette vitamine.

Une fonction anti-ferroptose

Pour parvenir à cette découverte, les scientifiques ont réalisé une étude, parue dans la revue Nature, afin d’identifier de nouvelles molécules capables de réguler la ferroptose. Il s’agit d’un processus naturel caractérisé par la destruction de la membrane des cellules par oxydation. "La ferroptose joue un rôle important dans la survenue de lésions des organes, des maladies dégénératives et la vulnérabilité des cancers résistants aux traitements", peut-on lire dans les travaux.

Dans le cadre de ces travaux, l’équipe a examiné plusieurs vitamines d’origine naturelle et leurs dérivés. "Nous avons découvert que la vitamine K, à la fois la phylloquinone (vitamine K1) et la ménaquinone (vitamine K2), est efficace pour préserver les cellules et les tissus du processus de la ferroptose", a déclaré le Eikan Mishima, auteur principal de l’étude, dans un communiqué.

Un mécanisme de réduction de la vitamine K

D’après les auteurs, la forme entièrement réduite de la vitamine K (c'est-à-dire l'hydroquinone de la vitamine K) était un puissant antioxydant et qu'elle inhibait la ferroptose. Ils ont également constaté que la ferroptosis suppressor protein-1 (FSP1) était responsable du mécanisme de réduction de la vitamine K à la warfarine, l’un des anticoagulants les plus prescrits. "Une hypothèse déjà émise cinquante ans auparavant, mais qui n’avait encore jamais été vérifiée à ce jour", ont spécifié les scientifiques.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES