• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Cycle menstruel

Règles irrégulières : voici dix causes courantes !

Endométriose, puberté, préménopause, fibromes utérins… La liste des raisons pouvant expliquer des cycles menstruels irréguliers est longue. Pourquoi Docteur vous explique les dix plus fréquentes.

Règles irrégulières : voici dix causes courantes ! Povozniuk / iStock


  • Publié le 15.08.2022 à 13h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les douleurs lors des règles sont appelées "dysménorrhée".
  • 50 à 70 % des adolescentes ont des règles douloureuses de façon permanente ou occasionnelle.

"Le cycle menstruel est une activité cyclique de la fonction endocrine de l’ovaire qui se manifeste par l’écoulement de sang pendant deux à six jours, survenant de manière répétée tous les 28 jours". C'est ce que votre professeur de biologie vous a exposé au collège. Cependant, vous avez déjà dû constater que vos règles variaient parfois, arrivant en avance, en retard, trop abondantes ou étrangement faibles. De nombreuses raisons peuvent être à l’origine de ce phénomène, de l'activité physique excessive à un problème de thyroïde, en passant par l'endométriose ou le manque de sommeil. Pourquoi Docteur a répertorié les dix plus répandues.

  1. La puberté

Pour une jeune fille qui a ses premières règles, rien n'est plus normal qu'un cycle irrégulier. Avec des fluctuations importantes des niveaux d'hormones pendant la puberté, les adolescentes ont tendance à avoir des cycles menstruels plus longs ou plus courts. Le cycle menstruel d'une jeune fille peut même mettre six ans pour atteindre son rythme normal.

  1. Une activité physique excessive

Non, ce n'est pas un mythe. Une activité très physique et très intense, combinée à une faible masse de graisse corporelle peut tellement stresser l’organisme qu'il envoie un signal au cerveau lui disant d’arrêter la production des hormones de fertilité. En fait, d’après lui, vous ne disposez pas de tout ce dont vous avez besoin pour nourrir un bébé. Pas d’inquiétude cependant, car une fois que vous avez un peu calmé votre activité, en général, tout doit rentrer dans l’ordre. Si malgré tout, vous n'avez toujours pas de règles, parlez-en à votre gynécologue : il se peut que vous ayez une aménorrhée (absence de règles à terme).

  1. Des troubles du sommeil

Lorsque vous perturbez votre horloge interne, bien sûr, cela influe sur les hormones de la reproduction, ce qui peut bouleverser l'ovulation et les menstruations. Un sommeil nocturne chaotique peut également affecter la mélatonine, une hormone jouant un rôle dans la reproduction. Conséquence, si votre rythme de vie est décalé, pensez à tirer les rideaux de votre chambre pour ne pas trop perturber votre horloge biologique en laissant entrer la lumière. Le même phénomène peut toucher les grandes voyageuses. Car le jet-lag peut parfois déclencher l'arrêt des règles. Consultez votre médecin si cela se produit.

  1. Le surpoids

Lorsqu'une femme est en surpoids, elle produit trop d'œstrogènes, ce qui se traduit souvent par des règles irrégulières, abondantes et très longues (plus d'une semaine). Plus grave, elle court un risque d'endométriose, et même de cancer de l’endomètre, la muqueuse qui tapisse la paroi de l'utérus. Si vous êtes dans cette situation, consultez votre médecin, qui pourra vous recommander un contraceptif oral, dans le but d’amincir l’endomètre et de réduire les risques de cancer.

  1. Un traitement hormonal

Les médicaments pour les troubles thyroïdiens, les stéroïdes ou les antipsychotiques, qui libèrent de la dopamine, peuvent perturber les récepteurs hormonaux, ce qui peut affecter le cycle. Si vous avez souvent une semaine de retard ou d'avance, discutez-en avec votre gynécologue, qui vous conseillera probablement de modifier votre traitement avec l'accord du spécialiste concerné.

  1. La préménopause

Dans les années précédant la ménopause, les hormones d’une femme commencent à changer. Cette période peut durer jusqu'à dix ans. Pendant ce temps, vous pouvez avoir des cycles menstruels irréguliers : plus longs, plus courts, pas de règles du tout ou des saignements plus légers. Les bouffées de chaleur sont bien sûr un symptôme très courant. Mais si vous n'avez pas vos règles pendant une année complète, vous avez alors atteint la ménopause.

  1. L’endométriose

Lorsqu'une femme est atteinte d’endométriose, des tissus similaires aux tissus utérins se développent ailleurs dans le corps. Cette maladie est la cause de douleurs et des crampes abdominales, de douleurs lors des rapports sexuels, et de saignements irréguliers. Parfois, ceux-ci sont si importants que la patiente a l'impression de commencer un deuxième cycle. Si vous êtes concernée, consultez un gynécologue qui vous prescrira une IRM pelvienne ou une laparoscopie (examen médical qui consiste à observer l'intérieur de la cavité abdominale, l'utérus, les ovaires et les trompes de Fallope) pour poser un diagnostic. Si vous souffrez d'endométriose, votre gynécologue vous prescrira une pilule adaptée ou une intervention chirurgicale, en fonction de la gravité de la maladie.

  1. Des ovaires micropolykystiques

Des règles excessivement espacées (entre 6 semaines et 2 mois et demi entre les cycles), ainsi qu'une pilosité trop abondante et de l'acné, sont les symptômes d’ovaires micropolykistiques, une pathologie endocrinienne qui frappe de plus en plus souvent, du fait d’une exposition accrue aux perturbateurs endocriniens. Le gynécologue prescrit en général une échographie endovaginale (où une sonde est introduite dans le vagin) à réaliser entre les jours 3 et 5 du cycle, si les cycles réguliers, et sans prise de la pilule. Si vous avez reçu un diagnostic d'ovaires micropolykystiques, votre médecin peut vous recommander de perdre du poids si nécessaire, vous faire prendre une pilule spécifiquement dosée ou, si les kystes sont vraiment conséquents, vous prescrire une intervention chirurgicale pour les retirer.

  1. Des problèmes de thyroïde

La thyroïde est un régulateur des hormones dans le corps. De fait, lorsqu'elle a fait des siennes, cela a évidemment un impact sur vos règles. Des cycles menstruels irréguliers peuvent être causés par une hypothyroïdie ou une hyperthyroïdie. Si vous avez toujours froid, souffrez de constipation, d’une fatigue permanente, de règles abondantes, que vous avez une peau pâle, un visage gonflé, un rythme cardiaque lent et subi une prise de poids inhabituelle en peu de temps, vous souffrez peut-être d'hypothyroïdie. À l'inverse, les personnes atteintes d’hyperthyroïdie ont tendance à se sentir très irritables, être victimes de pertes de poids inexpliquées, avoir toujours chaud, les yeux gonflés, de la diarrhée, des insomnies ou un rythme cardiaque rapide. Si vous soupçonnez un problème de thyroïde, consultez un endocrinologue qui vous prescrira un traitement adapté.

  1. Des fibromes utérins

Ce sont des tumeurs bénignes qui se développent sur la paroi utérine, en raison d'une prédisposition génétique ou d'un bouleversement hormonal. Elles peuvent être la cause de saignements et de flux menstruels très abondants et rapprochés. Si vous avez des fibromes utérins, vous pourrez ressentir une pression sur le pelvis, avec une envie d’uriner constante, souffrir de douleurs dans le bas du dos et lors des rapports sexuels. Si vous présentez ces symptômes, consultez votre médecin, pour une échographie pelvienne ou une IRM. Si le fibrome est vraiment très développé, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

En résumé, de manière générale, si vous constatez que vos cycles sont irréguliers, que vous saignez abondamment ou que vous ressentez des douleurs pelviennes, consultez sans tarder. En plus des maladies énumérées ci-dessus, des règles trop fréquentes et trop abondantes ont tendance à entraîner une anémie dangereuse avec le temps. À l'inverse, le manque d'ovulation peut conduire à des problèmes de fertilité.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES