• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Société européenne de cardiologie

L’alcool, même avec modération, peut entraîner une insuffisance cardiaque

Les boissons alcoolisées pourraient être plus dangereuses pour le cœur qu'on ne le pensait. Selon la Société européenne de cardiologie, les niveaux de consommation d'alcool actuellement recommandés par les autorités sanitaires dans certains pays sont associés au développement de l'insuffisance cardiaque.

L’alcool, même avec modération, peut entraîner une insuffisance cardiaque Drazen Zigic/iStock


  • Publié le 28.05.2022 à 11h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • L'âge moyen des participants était de 66 ans et 53 % étaient des femmes.
  • L'étude excluait les anciens buveurs et les patients souffrant d'insuffisance cardiaque présentant des symptômes.
  • Par rapport au groupe ayant une faible consommation, les adultes qui avaient une consommation modérée ou élevée étaient plus jeunes, plus souvent des hommes et avaient un indice de masse corporelle plus élevé.

Boire de l’alcool même de façon modérée augmente les risques de maladies cardiaques. C’est ce qu’ont révélé des travaux présentés à Heart Failure 2022, un congrès scientifique de la Société européenne de cardiologie. "Cette étude vient s'ajouter à l'ensemble des preuves indiquant qu'une approche plus prudente de la consommation d'alcool est nécessaire", a déclaré Bethany Wong, auteure des recherches.

Des données provenant de populations asiatiques suggèrent que des quantités plus faibles d’alcool peuvent être néfastes pour la santé cardiovasculaire. Dans le cadre cette étude, les chercheurs de l'hôpital universitaire Saint-Vincent à Dublin (Irlande) ont tenté de savoir s'il existait une association, similaire à celle observée en Asie, entre l'alcool et les changements cardiaques chez les Européens.

Un risque cardiaque aggravé de 4,5 fois plus à cause de l’alcool

Les travaux portaient sur 744 adultes de plus de 40 ans, soit à risque de développer une insuffisance cardiaque en raison de facteurs de risque (par exemple, l’hypertension artérielle, le diabète, l’obésité), soit présentant une pré-insuffisance cardiaque (des facteurs de risque et des anomalies cardiaques mais aucun symptôme). La fonction cardiaque a été mesurée par une échocardiographie au début de l'étude et au cours du suivi de cinq ans. Les participants ont été classés en fonction de leur consommation hebdomadaire d'alcool (aucune, faible, modérée, élevée).

Au total, 201 patients ont déclaré ne pas consommer de l’alcool, tandis que 356 étaient de faibles consommateurs et 187 avaient une consommation modérée ou élevée. Dans le groupe des personnes présentant une pré-insuffisance cardiaque, par rapport au groupe des personnes n'ayant pas consommé d'alcool, une consommation modérée ou élevée était associée à un risque 4,5 fois plus élevé d'aggravation de la santé cardiaque. Selon les auteurs, cette association a également été observée lorsque les niveaux modérés et élevés ont été analysés séparément.

Moins d'une bouteille de vin par semaine pour minimiser les effets de l’alcool sur le cœur

"Notre étude suggère que la consommation de plus de 70 g d'alcool par semaine est associée à l'aggravation de la pré-insuffisance cardiaque ou à la progression vers l'insuffisance cardiaque symptomatique chez les Européens. Nos résultats indiquent que les pays devraient préconiser des niveaux inférieurs de consommation d'alcool aux patients en pré-insuffisance cardiaque", a précisé Bethany Wong. La chercheuse a ajouté que les personnes ne buvant pas d’alcool ne devraient pas commencer à le faire pour préserver leur santé cardiovasculaire. "Si vous buvez, limitez votre consommation hebdomadaire à moins d'une bouteille de vin ou à moins de trois canettes et demie de 500 ml de bière à 4,5 %", a-t-elle poursuivi.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES