• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Les mystères du cerveau

Notre cerveau ne s’arrête pas avec la mort

Les personnes ayant vécu des expériences de mort imminente en témoignent : l’activité cérébrale peut continuer après l’arrêt du cœur. 

Notre cerveau ne s’arrête pas avec la mort ImageGeneration/istock


  • Publié le 13.04.2022 à 15h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les auteurs de cette étude sont issus de différentes disciplines : neurosciences, psychiatrie, psychologie ou encore sciences sociales et humaines.
  • Ils estiment que des centaines de millions de personnes sur la planète ont vécu des expériences de mort imminente.

Il y a désormais un consensus scientifique autour des expériences de mort imminente. Une large équipe de chercheurs publie un ensemble de déclarations et de recommandations sur ces évènements, sur le site de The New York Academy of Sciences. Ces scientifiques ont examiné l’ensemble des études parues sur le sujet. Cette déclaration de consensus est la première à être validée par les pairs, un processus de vérification scientifique. 

Des expériences de proximité avec la mort

"Les avancées scientifiques des XXe et XXIe siècles ont entraîné une évolution majeure dans la compréhension de la mort", précisent les auteurs en préambule. L’amélioration des connaissances en matière de réanimation a permis de redonner vie à des millions de personnes après que leur cœur se soit arrêté. "Ces survivants ont décrit un ensemble unique de souvenirs liés à la mort qui semblent universels", poursuivent-ils. Ces situations sont qualifiées d’expériences de mort imminente. Dans ces travaux, intitulés "Lignes directrices et normes pour l'étude de la mort et des expériences de mort imminente", les chercheurs ont mis en avant les différents points communs à ces expériences racontées par les patients. 

Quelles sont les conclusions des auteurs ? 

Les scientifiques considèrent que les expériences de mort imminente sont caractérisées par une situation de proximité à la mort, et qu'elles impliquent un ensemble de souvenirs mentaux dont les thèmes sont universels. "Les expériences de mort imminente ne correspondent pas à des hallucinations, des illusions ou des expériences induites par des drogues psychédéliques", précisent-ils. Elles seraient marquées par un déroulé précis avec d’abord un sentiment de séparation du corps avec une conscience aiguë et une reconnaissance de la mort. Les personnes concernées perçoivent cette expérience comme un déplacement, vers une destination. Toutes racontent avoir réalisé un genre d’examen de leur vie, avec une analyse critique de toutes les actions, intentions et pensées envers les autres. Enfin, elles se sentent dans un endroit qui ressemble à un "chez soi" et chacune de ces expériences s’achèvent par un retour à la vie. Selon les auteurs, ces expériences sont généralement associées à une transformation et à un développement psychologique aux conséquences positives sur le long terme.

Des données scientifiquement prouvées 

Les auteurs de cette méta-analyse confirment aussi les preuves scientifiques de cette activité cérébrale. "Des études montrant l'émergence d'une activité gamma et de pointes électriques, habituellement un signe d'état de conscience accru sur l'électroencéphalographie (EEG), en relation avec la mort, étayent davantage les affirmations de millions de personnes qui ont déclaré avoir ressenti de la lucidité et une conscience accrue en relation à mort", concluent-ils. Ils rappellent qu’un arrêt du cœur n’est pas une crise cardiaque, mais il représente le stade final d'une maladie ou d'un accident qui entraîne la mort d'une personne. "L'avènement de la réanimation cardiorespiratoire (RCP) nous a montré que la mort n'est pas un état absolu, mais plutôt un processus qui pourrait potentiellement être inversé chez certaines personnes même après qu'il a commencé", souligne Sam Parnia, l’auteur principal de cette étude. Par ailleurs, les cellules cérébrales ne meurent pas instantanément après l’arrêt du cœur, mais plusieurs heures après. Cela pourrait expliquer ces expériences de mort imminente. Les auteurs concluent que si aucune étude n’a pu prouver de manière absolue la réalité ou la signification de ces expériences, aucune autre n’a permis de les nier. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES