• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

ADN

Et si votre désir d’avoir des enfants était influencé par la génétique ?

Le non-désir d'enfant serait inscrit dans les gènes. C'est ce que suggère une étude anglaise qui souligne la présence de variantes génétiques susceptibles d'accroître le fait de ne pas vouloir fonder de famille chez certains hommes. 

Et si votre désir d’avoir des enfants était influencé par la génétique ? undefined undefined


  • Publié le 27.03.2022 à 15h30
  • |
  • |
  • |
  • |

  • Mots clés :
  • ADN

L'ESSENTIEL
  • Chez certains hommes, des variantes génétiques pourraient influencer le non-désir d'enfant.
  • Ce fardeau génétique n'a toutefois pas de lien avéré avec l'infertilité.

De nos jours, le tabou lié au non-désir d’enfant se lève peu à peu. Que ce soit par préoccupation écologique ou simplement par manque d’envie, les adultes qui ne désirent pas devenir parents sont de plus en plus nombreux à l'assumer. Mais d’après une nouvelle étude, ce non-désir d’enfant pourrait également s’expliquer par des différences génétiques.

Cette recherche parue dans la revue Nature a été réalisée à partir des données génétiques de 340.000 personnes (provenant de la UK Biobank). Elles ont été analysées par des chercheurs anglais de l’université de Cambridge et du Wellcome Trust Sanger Institute, spécialisé dans la recherche en génomique. Les scientifiques ont tenté de déterminer si le fait d’avoir des variantes génétiques endommageant le génome et pouvant entraîner des troubles du développement neurologique pouvait être corrélé au fait de ne pas vouloir d’enfant.

Une différence qui se manifesterait uniquement chez les hommes

Les résultats suggèrent que les personnes ayant les variations génétiques (surnommées "fardeau génétique") les plus élevées avaient en moyenne 0,26 enfant de moins. Une donnée qui ne se vérifie toutefois que chez les hommes, explique l’étude. D’après les scientifiques, cette association génétique ne représente qu'une fraction très mineure de la probabilité globale de ne pas avoir d'enfant (moins de 1%), surtout si l'on la compare à des facteurs sociodémographiques susceptibles d'influencer l'évolution des gènes au fil du temps. 

"Nous montrons ici que les variantes génétiques qui endommagent ces gènes sont associées à une réduction marquée du succès reproductif, principalement en raison de l'absence accrue d'enfants, avec un effet plus marqué chez les hommes que chez les femmes. Nous présentons des preuves que l'absence accrue d'enfants se fait probablement par le biais de traits cognitifs et comportementaux génétiquement associés, ce qui peut signifier que les porteurs masculins sont moins susceptibles de trouver des partenaires de reproduction", développent les auteurs.

Les auteurs de l'étude ont également vérifié si ce fardeau génétique pouvait être associé à l'infertilité. Mais ces derniers n'ont trouvé aucun lien de corrélation, chez les hommes comme chez les femmes.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES