• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Particules fines

La pollution de l'air diminue la qualité du sperme

Alors que le Gouvernement prévoit de mettre en place un nouveau plan de lutte contre l'infertilité, une  étude vient de démontrer que l'exposition régulière aux particules fines fait baisser la qualité du sperme de manière significative. 

La pollution de l'air diminue la qualité du sperme iLexx / istock.


  • Publié le 24.02.2022 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • En France, 1 couple sur 4 passe par l’assistance médicale à la procréation.
  • Le nombre de couples confrontés à des difficultés pour concevoir un enfant ne cesse de progresser dans notre pays : l’infertilité augmente de 0,3% par an chez les femmes et de 0,4% chez les hommes.

Une étude menée en Chine démontre que la pollution de l’air diminue la mobilité du sperme chez les trentenaires.

340 villes différentes

"L'infertilité est en train de devenir un problème de santé publique internationale, touchant environ 10 % de tous les couples en âge de procréer dans le monde", expliquent les auteurs en préambule pour justifier leur recherche. "L'Organisation mondiale de la santé estime par ailleurs que les facteurs masculins, principalement la mauvaise qualité du sperme, sont à l'origine de 50 % des cas d'infertilité", ajoutent-ils.

Pour savoir si la qualité de l’air est en cause dans ce phénomène, l’équipe a recruté 33 876 Chinois dont les femmes suivaient des parcours de PMA (procréation médicalement assistée) à l’hôpital. Les participants habitaient dans 340 villes différentes et étaient donc exposés à des niveaux de pollution de l’air très variables.

Moins de mobilité

Après avoir croisé les données relatives à la qualité de l'éjaculat des hommes et les niveaux de pollution atmosphérique auxquels ils étaient exposés, les chercheurs ont constaté que les confrontations régulières à des niveaux plus élevés de particules fines étaient significativement associées à une mobilité plus faible des spermatozoïdes, donc à une capacité de fécondation de l’ovule moindre. En revanche, aucune association significative n'a été observée entre l'exposition aux particules fines et le nombre ou la concentration des spermatozoides.

"Ces résultats indiquent que la pollution atmosphérique peut avoir un effet négatif sur la mobilité des spermatozoïdes et soulignent la nécessité de réduire l'exposition aux particules fines des hommes en âge de procréer", concluent les scientifiques.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES