• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Toxoplasma gondii

Le parasite responsable de la toxoplasmose pourrait aider à traiter certains cancers

Injecté dans les tumeurs solides, le Toxoplasma gondii, le parasite responsable de la toxoplasmose, permettrait de bloquer leur croissance et de les rendre plus sensibles au traitement.

Le parasite responsable de la toxoplasmose pourrait aider à traiter certains cancers Dr_Microbe/iStock

  • Publié le 09.11.2021 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Lorsqu'elle est injectée dans les tumeurs solides, la souche mutante du parasite responsable de la toxoplasmose les rend plus sensibles au traitement par immunothérapie.
  • Testé sur des souris, ce protocole a réduit la croissance tumorale de plusieurs cancers.

Pouvant être présent dans la viande crue ou insuffisamment cuite, sur les légumes, ou les fruits insuffisamment lavés, Toxoplasma gondii est un parasite intracellulaire qui peut causer la toxoplasmose, une infection qui peut causer de graves problèmes de santé chez les femmes enceintes et les patients immunodéprimés.

Mais ce parasite pourrait aussi être utilisé pour traiter différents types de tumeurs. C’est ce que montre une nouvelle étude internationale publiée dans le Journal for ImmunoTherapy Cancer. Selon ses auteurs, chercheurs à l'université de Nottingham (Angleterre), à l'université de Ningbo et à l'université agricole de Shanxi (Chine), Toxoplasma gondii est capable de sensibiliser les tumeurs froides - c'est-à-dire les tumeurs qui ne sont pas susceptibles de déclencher une forte réponse immunitaire de la part de l'organisme - à une immunothérapie appelée traitement par un inhibiteur de point de contrôle immunitaire.

Une réduction de la croissance des tumeurs

Pour pouvoir vivre et se développer, Toxoplasma gondii doit vivre à l'intérieur des cellules de son hôte. Il sécrète pour cela de nombreuses protéines pour contrer les défenses immunitaires de l'hôte et faciliter sa propre invasion et colonisation des cellules de l'hôte.

Les chercheurs se sont servis de ce mode de survie pour développer une souche mutante du parasite, qu’ils ont ensuite transmise à des souris. Les résultats ont montré que l'injection directe de ce parasite mutant dans des tumeurs solides induit des réponses inflammatoires dans les tumeurs injectées et même dans des tumeurs situées à distance dans le corps de la souris. Par ailleurs, cela rend les tumeurs plus réactives au traitement par un inhibiteur de point de contrôle immunitaire.

Ce double traitement a prolongé de manière significative la survie des souris et réduit la croissance tumorale dans des modèles murins de mélanome, de carcinome pulmonaire de Lewis et d'adénocarcinome du côlon.

"L'utilisation d'une version mutante de Toxoplasma gondii dans le traitement de certaines tumeurs chez des modèles de souris a déjà été rapportée. Ce qui rend cette étude différente, c'est la confirmation que l'injection intratumorale de la souche mutante de Toxoplasma gondii renforce l'immunité antitumorale et l'efficacité de la thérapie d'inhibition des points de contrôle", explique le Dr Hany Elsheikha, l'un des principaux auteurs de l'étude.

"Il s'agit de résultats significatifs et pertinents pour le traitement futur des tumeurs. La réduction marquée de la taille de la tumeur et l'amélioration significative de la survie des souris qui ont reçu cette nouvelle thérapie combinée sont prometteuses mais doivent être interprétées avec prudence car des recherches supplémentaires sont nécessaires", conclut-il.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES