• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Santé mentale

Le bonheur, c'est aussi de parler aux inconnus

Avoir des conversations profondes avec des étrangers améliorerait le bien-être.

Le bonheur, c'est aussi de parler aux inconnus JackF/iStock

  • Publié le 06.10.2021 à 12h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Nous sous-estimerions à quel point les étrangers sont intéressés à en savoir plus sur nos pensées et nos sentiments.
  • Les conversations les plus profondes ont conduit à des sentiments de connexion et de plaisir plus grands que ce à quoi les participants s'attendaient.

À l’enfance, il est très souvent déconseillé de parler aux inconnus. Plus tard dans la vie, pourtant, avoir des conversations profondes et significatives avec des étrangers amélioreraient le bien-être. C’est ce qu’ont conclu des chercheurs de l’université de Chicago dans une étude publiée le 30 septembre dans le Journal of Personality and Social Psychology.

Un résultat paradoxal

Se connecter avec les autres de manière significative a tendance à rendre les gens plus heureux bien que la plupart semble réticent à s'engager dans une conversation plus profonde et plus significative avec les étrangers. “Cela nous a semblé être un paradoxe social intéressant : si la connexion avec les autres de manière profonde et significative augmente le bien-être, alors pourquoi les gens ne le font-ils pas plus souvent dans la vie quotidienne ?”, s’interroge Nicholas Epley, auteur principal de l’étude.

Plus de connexion et de plaisir qu’attendus

Les chercheurs ont mené une série de douze expériences avec plus de 1 800 participants. Ils ont demandé à des paires d'étrangers de discuter de sujets tantôt profonds tantôt superficiels. Les questions superficielles comprenaient des sujets de conversation typiques et clichés tels que : “Quelle est la meilleure émission télévisée que vous ayez vue le mois dernier ?” ou “Que pensez-vous du temps qu'il fait aujourd'hui ?”. Les sujets les plus profonds étaient, eux, guidés par des émotions et encourageaient les paires à partager des informations plus personnelles et intimes. Pour que la conversation se déroule naturellement, les chercheurs ont laissé les paires réfléchir à leurs propres sujets de conversation.

Les auteurs de l’étude ont constaté que les conversations les plus profondes ont conduit à des sentiments de connexion et de plaisir plus grands que ce à quoi les participants s'attendaient. Alors qu’ils imaginaient préférer la conversation superficielle, ils ont concédé avoir préféré les plus longues conversations. Par ailleurs, celles-ci se sont révélées bien moins gênantes que prévues par les volontaires.

Les humains, des êtres profondément sociaux

Pour les chercheurs, les participants sous-estimeraient à quel point les étrangers sont intéressés à en savoir plus sur leurs pensées et leurs sentiments les plus profonds. “Les gens semblaient imaginer que révéler quelque chose de significatif ou d'important sur eux-mêmes dans une conversation se heurterait à des regards vides et à un silence, pour finalement découvrir que ce n'était pas le cas, a constaté Nicholas Epley. Les êtres humains sont profondément sociaux et ont tendance à échanger dans la conversation. Si vous partagez quelque chose de significatif et d'important, vous obtiendrez probablement en retour quelque chose de significatif et d'important, ce qui mènera à une conversation considérablement meilleure.”

Dépasser le petit entretien

Dans d’autres expériences, les chercheurs ont examiné si le fait d'avoir des attentes plus précises à propos d'un interlocuteur augmente l'intérêt à avoir une conversation plus approfondie. Pour le tester, ils ont demandé aux participants d'imaginer qu'ils parleraient à une personne particulièrement attentionnée et intéressée, ou à une personne particulièrement indifférente et indifférente. Résultat, ceux qui s'attendaient à parler à des personnes bienveillantes ont choisi de discuter de questions plus profondes que les volontaires qui s'attendaient à parler à un partenaire indifférent.

Les attentes de nos participants concernant des conversations plus approfondies n'étaient pas terriblement erronées, mais elles empêchent les gens de s'engager un peu plus profondément avec les autres dans leur vie quotidienne, conclut l'auteur de l'étude. Alors que la pandémie recule et que nous nous remettons tous à parler les uns avec les autres, être conscient que les autres aiment aussi les conversations significatives pourrait vous amener à passer moins de temps à bavarder et à avoir des interactions plus agréables en conséquence.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES