• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Nutrition

Trop sucrés, les yaourts «aux fruits» n'en contiennent presque pas

Si les yaourts natures sont bons pour la santé, les yaourts aux fruits le sont beaucoup moins, voire même pas du tout. 

Trop sucrés, les yaourts \ alexialex / istock.

  • Publié le 30.09.2021 à 14h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • En 2019, les Français ont consommé en moyenne près de 23 kg de yaourts aromatisés et 15,5 kg de desserts frais par personne.
  • Ces produits représentent 66% des produits laitiers ultra-frais consommés (les yaourts natures et fromages blancs ne représentent que 29%).

Les yaourts aux fruits proposés dans les rayons des grandes surfaces sont trop sucrés et très pauvres en fruits, selon une nouvelle enquête de l’association CLCV.

Seulement 8% de fruits

La majorité des desserts au lait d’origine animale ont des teneurs en sucres très élevées, soit l’équivalent de 4 morceaux de sucre pour un seul pot de 125g. Par ailleurs, "les yaourts et desserts qui mettent en avant au moins un fruit sur l’emballage contiennent en moyenne 8% de fruits", indique l’association. Dans un produit sur 10, il n’y a même aucune trace de fruits !

Seuls 33% des produits étudiés affichent par ailleurs le Nutri-Score. Parmis eux, la majorité ont un Nutri-Score C (56%) et B (26%). 11% sont notés D, 6% sont notés A et 1% est noté E. Plus de 7 produits sur 10 contiennent au moins un additif, principalement des épaississants et des gélifiants (dans 88% des produits). L’origine du lait végétal (soja, amande, coco) reste inconnue dans 65% des cas. Point positif cependant : le lait d’origine animal (vache, brebis, chèvre) est en grande majorité français (dans 86% des yaourts et 70% des desserts).

"Pour un renforcement de la réglementation d’étiquetage"

Face à ces chiffres, la CLCV invite les industriels et les distributeurs à s’engager dans la démarche du Nutri-Score, à réduire au maximum l’utilisation d’additifs et d’arômes, et a être plus transparents sur l’origine de l’ensemble des ingrédients."Nous réclamons un renforcement de la réglementation d’étiquetage afin qu’il ne soit plus possible de représenter un fruit sur l’emballage si celui-ci n’est pas présent dans le produit", conclut l’association.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES