• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Octobre rose

Cancer du sein : la Ligue remobilise face à la chute historique du dépistage

Suite à la crise de la Covid-19, de trop nombreuses Françaises n'ont pas fait de dépistage du cancer du sein. 

Cancer du sein : la Ligue remobilise face à la chute historique du dépistage Prostock-Studio / istock.

  • Publié le 20.09.2021 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent en France et représente la première cause de décès par cancer chez la femme.
  • Il fait l’objet d’un programme national de dépistage organisé afin d’être détecté précocement et d’en réduire la mortalité.

En 2020, la participation au dépistage organisé du cancer du sein a considérablement chuté, pour atteindre 42,8 %. Un taux historiquement bas, expliqué par plusieurs facteurs liés à la crise sanitaire de la Covid-19 : interruption des envois des invitations au dépistage, fermeture des cabinets de radiologie, moindre activité à la réouverture...

Des conséquences dramatiques

La Ligue contre le cancer lance donc un appel urgent à la remobilisation : les retards aux diagnostics inévitablement engendrés risquent d'avoir des conséquences dramatiques pour les personnes concernées.

En France, chaque année, 58 500 personnes (dont 1 % d'hommes) développent un cancer du sein, et 12 100 en décèdent. Ainsi, en 2021, 1 femme sur 8 risque d'être touchée. "Pour lutter contre ce fléau, le dépistage et le diagnostic précoce sont essentiels : un rendez-vous de dépistage annulé ou une mammographie décalée, c'est risquer un diagnostic et une prise en charge trop tardifs, ce qui peut avoir des conséquences dramatiques. Pourtant, détecté tôt, le cancer du sein est guéri dans 90 % des cas !", rappellent les experts.

Dépistage et suivi gynécologique

"La baisse drastique du taux de participation au dépistage en 2020 nous inquiète particulièrement et nous pousse à marteler cet appel urgent pour la remobilisation des populations concernées : malgré le contexte sanitaire, continuez à vous faire suivre et dépister, prenez soin de votre santé !", conclut le Professeur Daniel Nizri, président bénévole de la Ligue contre le cancer.

Avant 50 ans, le dépistage organisé du cancer du sein n'est pas encore recommandé, mais le suivi gynécologique, à faire tous les ans, est particulièrement important. Chez les jeunes aussi, le cancer du sein existe. C'est notamment le cas du cancer du sein triple négatif, qui représente 15 % des cancers du sein et touche particulièrement les femmes de moins de 40 ans.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES