• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Cancer gastrique

Augmentation inquiétante des cancers de l'estomac chez les moins de 40 ans

Face à l'augmentation de l'incidence du cancer gastrique chez les personnes de moins de 40 ans dans un nombre important de pays, des chercheurs militent pour davantage de prévention. 

Augmentation inquiétante des cancers de l'estomac chez les moins de 40 ans magicmine / istock.

  • Publié le 30.07.2021 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le cancer de l'estomac est l'un des plus fréquents dans le monde, avec plus d'un million de cas par an.
  • L'estomac est un organe de l'appareil digestif : il est situé dans la partie supérieure et médiane de l'abdomen.

Des chercheurs ont évalué l’incidence mondiale et le taux de mortalité du cancer de l’estomac de 1980 à 2018. Après analyse de plus d'un million de cas, "une augmentation de l'incidence du cancer gastrique a été observée chez les personnes de moins de 40 ans dans un nombre important de pays, dont la Suède, le Royaume-Uni et l'Équateur", écrivent les scientifiques dans leur rapport, publié dans le JAMA.

Une priorité

Au total, 1 033 701 nouveaux cas de cancer gastrique et 782 685 décès liés à la pathologie ont été répertoriés en 2018. "Ces résultats indiquent que la prévention autour du cancer de l’estomac doit devenir une priorité des directives cliniques et des programmes politiques afin d'améliorer la morbidité et la mortalité qui lui sont associées, en particulier chez les populations plus jeunes", déduisent les chercheurs.

L'incidence du cancer gastrique a globalement diminué

D’autres résultats sont plus positifs. Globalement, l'incidence du cancer gastrique a diminué dans 29 pays, et son taux de mortalité s’est réduit dans 41 Etats. Le taux de mortalité global normalisé selon l'âge est passé d'une fourchette de 1,3 à 25,8 en 1980 à une fourchette de 1,5 à 18,5 en 2018 pour 100 000 personnes, même si une augmentation de la mortalité a été observée en Thaïlande.

"A l’avenir, plus de recherches doivent explorer les raisons de ces tendances épidémiologiques", concluent les chercheurs.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité