• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Rythme cardiaque

Un verre d’alcool augmente le risque immédiat de fibrillation atriale

L’alcool aurait un effet quasi immédiat sur le rythme cardiaque en multipliant par deux le risque de survenue d'un épisode de fibrillation atriale dans les quatre heures suivantes.

Un verre d’alcool augmente le risque immédiat de fibrillation atriale OlegEvseev/iStock

  • Publié le 19.05.2021 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Chaque augmentation de 0,1% de la concentration d'alcool dans le sang est associée à une probabilité environ 40% plus importante d'épisode de fibrillation atriale.
  • Pour les personnes buvant deux verres d'alcool, le risque de fibrillation atriale est trois fois plus important.

La consommation d’alcool a depuis longtemps été liée à des problèmes cardiaques. Des études ont notamment montré que les arythmies cardiaques augmentent avec la quantité d’alcool consommée ou encore qu’une consommation régulière de petites quantités augmente le risque de fibrillation atriale, indiquant que de ce point de vue qu'il vaut mieux se souler une fois plutôt que de boire régulièrement. Dans cette nouvelle recherche, présentée à l’occasion de la 70ème session scientifique annuelle de l’American College of Cardiology, les scientifiques de l’université de Californie à San Francisco avancent que consommer de l’alcool augmente de manière quasi-immédiate le risque de survenue d'un épisode de fibrillation atriale (FA), qui se caractérise par un rythme cardiaque irrégulier, souvent accéléré, pouvant provoquer palpitations, fatigue ou encore essoufflement. Avec le temps, cela peut conduire à une insuffisance cardiaque et un accident vasculaire cérébral, voire une démence si elle n'est pas traitée.

Plus la consommation est importante, plus le risque de FA augmente

Les données révèlent qu’un seul verre d’alcool multiplie par deux les risques de FA dans les quatre heures suivantes. Pour les personnes buvant deux verres, ce risque est trois fois plus important. Ces résultats ont été obtenus à l’aide d'un capteur d'alcool placé sur les chevilles des participants qui a permis de surveiller en temps réel leur consommation d'alcool. Celui-ci a indiqué que chaque augmentation de 0,1% de la concentration d'alcool dans le sang est associée à une probabilité environ 40% plus importante d'épisode de fibrillation atriale. Ces capteurs ont également démontré que la concentration totale d'alcool au fil du temps permet de prédire le risque de survenue d’une FA.

L'alcool est la drogue la plus consommée dans le monde et il y a encore beaucoup de choses que nous ne comprenons pas sur ce qu'elle fait à notre corps et, en particulier, à notre cœur, a avancé Gregory Marcus, cardiologue, professeur de médecine à l'université de Californie à San Francisco et auteur principal de l'étude. Sur la base de nos données, nous avons constaté que l'alcool peut fortement influencer la probabilité qu'un épisode de fibrillation atriale survienne dans les quelques heures après sa consommation, et que plus celle-ci est élevée, plus le risque d'avoir un événement cardiaque augmente.”

Une étude en temps réel

Cette étude a réuni 100 participants atteints de fibrillation atriale paroxystique, ou occasionnelle, qui a tendance à disparaître dans un court laps de temps. Ils étaient tous âgés de 64 ans en moyenne. Chacun de ces volontaires était équipé d'un moniteur cardiaque portable qui suivait en permanence leur rythme cardiaque et d'un capteur placé sur la cheville que les volontaires devaient actionner à chaque boisson alcoolisée consommée. Des prélèvements sanguins ont également été réalisés pour mesurer précisément la consommation d’alcool. Plus de la moitié des participants (56) ont eu un épisode de fibrillation atriale au cours de l'étude de quatre semaines. “Il s'agit de la première étude à démontrer et à quantifier objectivement la relation en temps réel entre la consommation d'alcool et les épisodes de fibrillation atriale, s’est félicité Gregory Marcus. Bien que cette étude se soit limitée aux personnes atteintes de fibrillation atriale occasionnelle, il est raisonnable d'extrapoler le fait que chez de nombreuses personnes, l'alcool peut être le principal déclencheur d’un premier épisode.”

Les chercheurs indiquent que d’autres facteurs peuvent jouer un rôle dans cette corrélation. Ils notent par exemple que les consommateurs d’alcool sont plus habitués à manger des aliments riches en sodium tandis que d’autres boivent de l’alcool à cause d’un sentiment de stress.

Des études contradictoires

Ces travaux vont également à l’encontre d’autres études qui ont rapporté un rôle potentiellement protecteur de l’alcool sur la santé cardiaque lorsqu’il est consommé avec modération. Une étude, également présentée à l’occasion de la la 70ème session scientifique annuelle de l’American College of Cardiology a notamment indiqué que boire modérément apaiserait le rythme cardiaque. “Il est communément admis que l'alcool est ‘bon’ ou ‘sain’ pour le cœur, d'après des études d'observation, mais cela concerne les maladies coronariennes et les crises cardiaques. Ces nouvelles données présentent un autre point de vue, concernant les risques globaux par rapport aux avantages de l'alcool consommée avec modération, a déclaré le cardiologue. Mais toutes les données se rejoignent et sont très claires : ceux qui boivent plus ont un risque plus élevé de crise cardiaque et de décès.”

Pour les chercheurs, ces résultats sont un bon exemple des effets différenciés de l’alcool en fonction des consommateurs. Ceux qui ne sont pas à haut risque des effets nocifs de l'alcool pourraient bénéficier d'une consommation modérée alors que pour ceux à risque, comme les participants de cette étude, boire modérément est mauvais pour leur cœur. Les chercheurs ont prévu de mener d’autres études pour identifier d’autres facteurs susceptibles d'influencer la relation entre l'alcool et la fibrillation atriale.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité