• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Pesticides, nitrates, bactéries

Santé : peut-on avoir confiance dans l’eau du robinet ?

Si la qualité de l'eau du robinet progresse sur notre territoire, sa teneur en pesticides est encore trop élevée, selon l’UFC-Que Choisir et Générations Futures.

Santé : peut-on avoir confiance dans l’eau du robinet ? BrianAJackson / istock.

  • Publié le 20.04.2021 à 14h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les Français sont de plus en plus nombreux à déclarer boire, au quotidien, de l’eau du robinet (66%) plutôt qu’une eau embouteillée (47%).
  • Plus de huit personnes sur dix (81%) se disent satisfaites du service de l’eau, et la même proportion affirme avoir confiance en la qualité de l’eau du robinet.

L’UFC-Que Choisir et Générations Futures font un bilan de la qualité de l’eau du robinet en France. "Si la 4e édition de la carte interactive de l’eau du robinet confirme que la plupart des Français reçoivent une eau conforme en tous points aux critères réglementaires, elle met en revanche en lumière les graves carences de la réglementation et des mesures de gestion locales en matière de pesticides et de perturbateurs endocriniens", écrivent les deux associations dans un communiqué.

L’étude par l’UFC-Que Choisir des analyses de la qualité de l’eau du robinet de la totalité des communes de France métropolitaine, sur la base des relevés des Agences Régionales de Santé, démontre que sa conformité aux critères réglementaires s’améliore nettement : désormais, 98 % des consommateurs ont accès à une eau conforme à la totalité des critères sanitaires, soit une progression de plus de 2 points par rapport à la précédente étude de 2017.

"Des graves carences en termes de gestion des risques"

Néanmoins, près d’un million de consommateurs, essentiellement en zones rurales, reçoivent toujours une eau non conforme. Les pollutions agricoles constituent toujours les premières causes de contaminations : 450 000 consommateurs boivent ainsi une eau dépassant les normes maximales en pesticides et 148 000 une eau contaminée par les nitrates. Quant aux contaminations bactériennes, elles ne touchent plus désormais que 80 000 consommateurs, essentiellement en zones de montagne et en zones rurales de l’Est.

Enfin, les autres contaminations (arsenic, radioactivité, sélénium…) restent plus limitées et touchent de plus faibles proportions de consommateurs. "S’agissant des pesticides, première source des pollutions, si depuis 2017, officiellement cela va mieux, l’étude met à jour des graves carences en termes de gestion des risques", estiment l’UFC-Que Choisir et Générations Futures.

"Interdiction des pesticides suspectés d’être des perturbateurs endocriniens"

Au vu de ces résultats, l’UFC-Que Choisir et Générations Futures s’associent pour demander une interdiction des pesticides suspectés d’être des perturbateurs endocriniens, ainsi "qu’un renforcement urgent par le ministère de la Santé des exigences en matière d’analyses de pesticides devant être impérativement réalisées par les Agences Régionales de Santé".

Les deux associations appellent également les Français à vérifier gratuitement la qualité de l’eau du robinet de leur commune (voir ici), constater le niveau de recherche des pesticides, et signer leur pétition pour que le Ministère de la Santé augmente les recherches de pesticides là où elles sont insuffisantes.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES