• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Nutrition

Manger de la viande transformée augmenterait le risque de démence

La consommation d'une portion de 25 g de viande transformée par jour, l’équivalent d’une tranche de bacon, augmente de 44% le risque de développer une démence.

Manger de la viande transformée augmenterait le risque de démence Karaidel/iStock

  • Publié le 22.03.2021 à 17h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La démence affecte 5% à 8% de la population mondiale de plus de 60 ans.
  • La consommation de viande rouge non transformée, comme le bœuf, le porc ou le veau, est protectrice et ceux qui en consomment 50 g par jour sont 19% moins susceptibles de développer une démence.

Bien que nous soyons omnivores, manger trop de viande n’est pas bon pour la santé. Et avec la viande transformée, les risques sont encore plus grands. Dans une étude prenant en compte les données de près de 500 000 personnes, des chercheurs britanniques du groupe d'épidémiologie nutritionnelle de l’université de Leeds ont découvert que la consommation d'une portion de 25 g de viande transformée par jour, soit l'équivalent d'une tranche de bacon, est associée à un risque accru de 44% de développer une démence. Ils ont présenté leurs résultats le 22 mars dans l’American Journal of Clinical Nutrition.

La viande rouge non transformée diminue le risque de démence

L'équipe de scientifiques a étudié les données fournies par la UK Biobank, une base de données contenant des informations génétiques et sanitaires approfondies provenant d'un demi-million de Britanniques, âgés de 40 à 69 ans. Elle a utilisé ces données pour étudier les associations entre la consommation de différents types de viande et le risque de développer une démence. “Dans le monde entier, la prévalence de la démence augmente et le régime alimentaire en tant que facteur modifiable pourrait jouer un rôle, a avancé Huifeng Zhang, le chercheur principal. Nos recherches s'ajoutent au nombre croissant de preuves reliant la consommation de viande transformée à un risque accru de diverses maladies non transmissibles.” La démence affecte 5% à 8% de la population mondiale de plus de 60 ans.

Les chercheurs ont étudié les risques de développer une démence en fonction du type de viande consommée et de sa fréquence. Les résultats ont montré que la consommation de viande rouge non transformée, comme le bœuf, le porc ou le veau, est protectrice. Les personnes qui en consomment 50 g par jour sont 19% moins susceptibles de développer une démence. Parmi les participants, 2 896 cas de démence sont apparus sur une moyenne de huit ans de suivi. Ces personnes étaient généralement plus âgées, plus démunies économiquement, moins éduquées, plus susceptibles de fumer, moins actives physiquement, plus susceptibles d'avoir des antécédents d'AVC, de démence familiale et d'être porteuses d'un gène fortement associé à la démence. Par ailleurs, plus d'hommes que de femmes ont reçu un diagnostic de démence.

Moins de légumes et de fruits

L’analyse détaillée des données a permis aux chercheurs de conclure que ceux qui consomment de plus grandes quantités de viande transformée ont un risque accru de 44% de développer une démence. Ils sont plus susceptibles d'être des hommes, moins instruits, fumeurs, en surpoids ou obèses, ont des apports inférieurs en légumes et fruits et des apports plus élevés en énergie, en protéines et en graisses, y compris les graisses saturées. “La consommation de viande était auparavant associée au risque de démence, mais on pense qu'il s'agit de la première étude à grande échelle des participants au fil du temps pour examiner un lien entre des types et des quantités de viande spécifiques et le risque de développer la maladie”, ont écrit les chercheurs.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité