• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Immunothérapie

Cancer du sein : quand les cellules tumorales jouent à cache-cache

Des chercheurs sont parvenus à découvrir comment les cellules cancéreuses du sein se cachent des attaques immunitaires et empêchent les traitements d’être efficaces. Une découverte qui permet d’envisager de nouveaux outils thérapeutiques.

Cancer du sein : quand les cellules tumorales jouent à cache-cache Meletios Verras/iStock

  • Publié le 29.01.2021 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • 70% des patientes atteintes d'un cancer du sein ne répondent pas à l'immunothérapie anticancéreuse.
  • Lorsque les cellules cancéreuses du sein ont un niveau accru d'une protéine appelée MAL2 à la surface cellulaire, elles sont capables d’échapper aux attaques immunitaires et continuent de se développer.
  • L'inhibition de la protéine peut presque complètement arrêter la croissance tumorale.

Au jeu du cache-cache avec les cellules immunitaires, les cellules cancéreuses du sein sont pour l’instant largement gagnantes. Environ 70% des patientes atteintes d'un cancer du sein ne répondent pas à l'immunothérapie anticancéreuse, la faute à la capacité qu’ont les tumeurs à échapper aux attaques immunitaires. Des chercheurs américains de l'université de l'Indiana Melvin et Bren Simon Comprehensive Cancer Center ont identifié comment les cellules cancéreuses du sein se cachent des cellules immunitaires pour rester en vie. La découverte pourrait conduire à un meilleur traitement d'immunothérapie pour les patients.

70% des patientes atteintes d'un cancer du sein ne répondent pas à l'immunothérapie anticancéreuse

Les chercheurs ont découvert que lorsque les cellules cancéreuses du sein ont un niveau accru d'une protéine appelée MAL2 à la surface cellulaire, elles sont capables d’échapper aux attaques immunitaires et continuent de se développer. “Comme les autres cellules cancéreuses, les cellules cancéreuses du sein présentent des antigènes spécifiques à la tumeur sur la membrane cellulaire, que les cellules immunitaires reconnaissent pour qu'elles puissent tuer les cellules tumorales, décrit Xinna Zhang, auteur principal de l’étude publiée le 29 septembre dernier dans le Journal of Clinical Investigation. Mais notre étude a révélé que MAL2 peut réduire le niveau de ces antigènes, donc ces cellules tumorales sont protégées et ne peuvent plus être reconnues comme une menace par ces cellules immunitaires.”

Comprendre comment les cellules cancéreuses évitent les attaques immunitaires pourrait offrir de nouvelles façons d'améliorer l'immunothérapie pour les patients, estiment les chercheurs. L'immunothérapie exploite le système immunitaire du corps pour cibler et détruire les cellules cancéreuses. “L'immunothérapie anticancéreuse actuelle a des résultats merveilleux chez certaines patientes, mais plus de 70% des patientes atteintes d'un cancer du sein ne répondent pas à l'immunothérapie anticancéreuse, avance Xiongbin Lu, auteur de l’étude. L'une des principales raisons est que les tumeurs développent un mécanisme pour échapper aux attaques immunitaires.”

Inhiber la protéine MAL2 pour arrêter la croissance tumorale

Les chercheurs ont développé une méthode de calcul pour analyser les ensembles de données de plus de 1 000 patientes atteintes d'un cancer du sein grâce à l'Atlas du génome du cancer. Cette analyse a conduit les chercheurs à identifier la protéine MAL2 dont des niveaux plus élevés dans le cancer du sein, et en particulier dans le cancer du sein triple négatif, sont liés à une moindre survie des patientes. Par la suite, en utilisant des échantillons de tissus de cancer du sein provenant des patientes, des modèles cellulaires et des modèles animaux, les chercheurs ont découvert que les cellules cancéreuses du sein expriment plus de MAL2 que les cellules normales. Ils ont également découvert que des niveaux élevés de MAL2 améliorent considérablement la croissance tumorale tandis que l'inhibition de la protéine pouvait presque complètement arrêter la croissance tumorale.

Les cellules tumorales peuvent échapper aux attaques immunitaires mais avec moins de MAL2, les cellules cancéreuses peuvent être reconnues et tuées par le système immunitaire, a conclu Xiongbin Lu. MAL2 est une nouvelle cible thérapeutique. En identifiant sa fonction dans les cellules cancéreuses et l'immunologie du cancer, nous connaissons maintenant son potentiel en tant que cible d'immunologie du cancer.” Les chercheurs explorent actuellement les moyens d'utiliser ces résultats pour développer et améliorer les thérapies contre le cancer du sein.

https://www.pourquoidocteur.fr/MaladiesPkoidoc/880-Cancer-du-sein-les-chances-de-guerison-sont-meilleures-avec-le-traitement-precoce

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité