• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Intoxication alimentaire

Viande mal cuite : la toxoplasmose pourrait augmenter les risques de cancer du cerveau

L’agent pathogène responsable de la toxoplasmose serait associé au gliome, une tumeur cérébrale agressive. 

 Viande mal cuite : la toxoplasmose pourrait augmenter les risques de cancer du cerveau Dr_Microbe/istock

  • Publié le 14.01.2021 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • 80% de la population serait infectée par la toxoplasmose sans développer de symptômes
  • Un lien entre ce parasite et le risque de développer un gliome a été établi
  • Les chercheurs précisent que ce risque demeure malgré tout très faible

Nous sommes nombreux à l’avoir contractée sans même nous en rendre compte : la toxaplasmose est une infection due au parasite Toxoplasma gondii, présent dans la viande mal cuite, ou les aliments mal lavés. L’Assurance maladie estime que 80% de la population est infectée sans développer aucun symptôme. Néanmoins, la maladie peut être grave chez des personnes immunodéprimées ou pour le foetus, lorsque la femme enceinte est contaminée. Dans International Journal of Cancer, des chercheurs ont constaté qu’elle pourrait avoir d’autres conséquences à long terme. D’après eux, il y a une association entre l’infection par ce parasite et le risque de gliome, une tumeur agressive du cerveau. 

Des résultats à interpréter avec prudence 

L’équipe scientifique, dirigée par James Hodge et Anna Coghill, a examiné deux cohortes de patients pour parvenir à ces conclusions : au total, cela représente plus de 700 personnes. L’infection par le parasite a été déterminée par la présence d’anticorps. Dans les deux groupes, les chercheurs ont constaté une association entre la présence d’anticorps liés à Toxoplasma gondii et l’apparition d’un gliome. "Nos résultats suggèrent que les personnes les plus exposées au parasite T. gondii ont plus de risques de développer un gliome", souligne Anna Coghill. Avec son collègue, ils interprètent ces résultats avec prudence : "il est nécessaire de préciser que le risque absolu d’être diagnostiqué d’un gliome demeure très faible", insiste-t-elle. James Hodge ajoute que les résultats ne veulent pas dire que le parasite provoque un cancer dans tous les cas. "Certaines personnes qui ont un gliome n’ont pas d’anticorps liés à T. gondii., et vice versa." 

Un futur outil de prévention ? 

Anne Coghill ajoute qu’il est nécessaire de poursuivre les recherches pour confirmer, ou infirmer, ces résultats dans des groupes de patients plus vastes et plus variés. Si de nouvelles recherches prouvent le lien entre le gliome et l’infection par ce parasite, des politiques de prévention pourraient être mises en place. "Ce serait la première opportunité concrète de prévention de cette tumeur cérébrale agressive", soulignent les auteurs.

Plusieurs milliers de cas chaque année en France

80% des tumeurs malignes du cerveau sont des gliomes. Mais il existe différents stades de gravité : le glioblastome, qui correspond au grade 4 de la tumeur, est la forme la plus agressive. Chaque année, environ 5 000 adultes seraient diagnostiqués en France. 70% des cas concernent des personnes âgées de 45 à 70 ans. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES