• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Semaine d'Action sur la Fibrillation Atriale

Traitement de la fibrillation atriale : le difficile équilibre entre risque thrombotique et risque hémorragique

Le risque principal de la fibrillation atriale est l'AVC en raison de la possible formation de caillots de sang dans l'oreillette du coeur dont le rythme est perturbé par la maladie. Pour cette raison, les médicaments anticoagulants sont un pilier de la prise en charge. Mais pour des patients atteints d'autres troubles cardio-vasculaires, ces traitements posent le problème de la gestion du risque hémorragique. Dans le cadre de la semaine dédiée à la FA, en partenariat avec Action-Coeur et Paroles&Réactions, le point avec le Pr François Schiele.

Traitement de la fibrillation atriale : le difficile équilibre entre risque thrombotique et risque hémorragique Nenad Cavoski/iStock.com

  • Publié le 13.12.2020 à 16h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Dans la fibrillation atriale, les anti-coagulants sont le principal pilier de la prise en charge. En effet, parce qu'elle entraîne une perturbation du rythme cardiaque due à un dysfonctionnement de la stimulation électrique de la paroi de l'oreillette, la maladie entraîne un risque élevé du stagnation du sang dans cette partie du coeur avec le danger de la formation de caillots pouvant déclencher un AVC. Il est donc nécessaire de fluidifier au maximum le sang pour éviter la formation de ces caillots.

Le problème est que la fibrillation atriale qui concerne plus de 750 000 personnes en France s'accompagne souvent d'autres pathologies cardio-vasculaires comme les syndromes coronariens aigus, avec des patients équipés de stents. Dans ces cas-là, se pose le problème de devoir traiter à la fois un risque thrombotique -celui qui est lié à la formation de caillots- et un risque hémorragique -celui qui est lié à la prise d'anticoagulants.

Des trithérapies "dangereuses"

"Pendant longtemps, on s'est appuyé sur une triple association anti-thrombotique, anti-vitamineK, aspirine et clopidogrel (un anti-agrégant, NDLR) mais cette trithérapie peut être très dangereuse par rapport au risque hémorragique", explique le Pr François Schiele, du CHU de Besançon. Pour "corriger le tir", face à cette stratégie qui augmentait le risque d'hémorragie, la première réponse a été la suppression de l'aspirine. "On a rapidement obtenu une baisse des saignements et de la mortalité", souligne le Pr Schiele.

De nouvelles recommandations ont donc été établies, avec des anticoagulants comme premier traitement et une prise en compte pour le compléter de la situation coronarienne de chaque patient. Cela jusqu'en 2020 où un nouveau protocole a été défini : "Il repose sur un schéma simple, explique le Pr François Schiele, des anticoagulants, des antiplaquettaires (ou antiagrégants) en fonction des risques hémorragiques avec la nécessite de les réduire en cas de stade sévère de FA, et la suppression de l'aspirine". Avec une précision sur la durée de ces traitements, les antiplaquettaires devant être prescrits entre 1 et 6 mois en fonction de l'équilibre entre le risque hémorragique et le risque thrombotique.

Retrouvez ci-dessous l'interview du Pr François Schiele du CHU de Besançon :



https://www.pourquoidocteur.fr/MaladiesPkoidoc/891-Fibrillation-auriculaire-prevenir-le-risque-d-accident-vasculaire-cerebral


Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité