• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Journée internationale

Sida : le virus tue toujours

Plus de 35 ans après la découverte du virus, le grand public semble moins sensibilisé à ses dangers. 

Sida : le virus tue toujours Artem_Egorov/ISTOCK

  • Publié le 01.12.2020 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • "Le VIH reste un virus dont on ne guérit pas", rappelle François Barré-Sinoussi
  • Les trithérapies permettent des espérances de vie proches de celle de la population générale
  • Mais la sensibilité du public a diminué et l'on compte chaque année plus d'1,5 millions de nouveaux cas de Sida

Ne pas baisser la vigilance : c’est le mot d’ordre de la journée internationale de lutte contre le sida, mardi 1er décembre. Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en 1983 par des chercheurs de l’Institut Pasteur. Depuis, des avancées scientifiques ont permis de trouver des traitements, même préventifs, mais aucun médicament ne permet d’en guérir. Dans une interview à 20 Minutes, Françoise Barré-Sinoussi, présidente de Sidaction rappelle que "si les traitements sont performants, cela reste un virus dont on ne guérit pas". D’après elle, il est nécessaire de sensibiliser à nouveau le grand public aux dangers de ce virus.

Mieux informer les jeunes

"Les sources d’espoir sont nombreuses, alors que la recherche poursuit ses travaux pour développer de nouvelles approches thérapeutiques, explique-t-elle. Mais tout cela n’est possible que si le grand public se remobilise face au VIH-sida." D’après la scientifique, il y a une "démobilisation" de la population, qui ne sent plus concernée et qui n’a "plus conscience du danger". Un sondage Ifop-Bilendi pour Sidaction le prouve : 23% des jeunes âgés de 15 à 24 ans déclaraient ne pas être suffisamment informés sur le sida en 2019. Cela représente une hausse de 12 points par rapport à 2009.

Pour Sandrine Fournier, directrice des programmes France de Sidaction, il y a plus alarmant. "Le plus inquiétant réside dans les réponses, souvent erronées, des quelque trois quarts de jeunes qui se déclarent ‘bien informés’. Par exemple, seule la moitié sait qu’un séropositif sous traitement efficace ne transmet pas le virus", expliquait-elle au Monde en décembre 2019. Ce manque de connaissance se traduit dans le nombre de nouvelles infections : elles ont augmenté de 24% chez les 15-24 ans depuis 2007. 

Quelles sont les options thérapeutiques ? 

Les personnes séropositives peuvent aujourd’hui bénéficier de traitements, dont les trithérapies. Elles sont apparues au milieu des années 1990 : elles permettent de diminuer la charge virale chez les malades et d’empêcher la transmission du virus. Ces derniers peuvent ainsi vivre avec le virus: les personnes sous traitement ont une espérance de vie proche de celle de la population générale. Ces médicaments doivent être pris tout au long de la vie et de manière continue, sinon, la charge virale augmente à nouveau. "L’une des priorités est de développer des traitements qui pourraient induire une rémission, explique Françoise Barré-Sinoussi, à 20 Minutes. Des traitements à utiliser pendant un temps donné, et à l’issue desquels le virus serait contrôlé pour le reste de la vie." La PrEP est un autre traitement contre le VIH, préventif cette fois. Il permet d’éviter d’être contaminé par le virus. Mais aucun vaccin n’est disponible à ce jour, même si des recherches scientifiques sont en cours. 

Plus d’un million de nouveaux cas chaque année 

Chaque année, plus d’1,5 millions de cas sont diagnostiqués. En 2018, plus de 770 000 personnes sont décédées du sida dans le monde. En France, Sida Info Service estime que plusieurs centaines de décès sont indirectement ou directement liés au VIH tous les ans. À l’occasion de cette journée mondiale de lutte contre la maladie, Françoise Barré-Sinoussi insiste : "il ne faut pas l’oublier : le VIH est encore là !"

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité