• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Chirurgie

L’anesthésie générale peut-elle favoriser l’apparition de la maladie d’Alzheimer ?

Des chercheurs ont comparé les effets d’une anesthésie générale à ceux d’une anesthésie locale. Aucune n'aurait d'impact sur le déclenchement de la maladie d'Alzheimer.

L’anesthésie générale peut-elle favoriser l’apparition de la maladie d’Alzheimer ? photographer/iStock

  • Publié le 08.10.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Quelles sont les conséquences à long terme d’une opération chirurgicale ? Certains scientifiques craignent que l’anesthésie générale ne dégrade le cerveau, favorisant ainsi l’apparition d’une déficience cognitive. Dans Journal of the American Geriatrics Society, des chercheurs ont testé cette hypothèse. Ils ont comparé les effets d’une anesthésie locale à ceux d’une anesthésie générale sur un vaste groupe de patients, suivis sur le long terme. 

Une absence de lien 

Leur étude a été réalisée grâce aux données de 15 000 personnes âgées de 66 ans au minimum. Toutes ces personnes ont subi une opération chirurgicale: certaines sous anesthésie locale, les autres sous anesthésie générale. Les chercheurs ont créé des paires: dans chacune d’elles, les personnes étaient du même sexe et du même âge, la seule différence était le type d’anesthésie reçue. Tous les participants ont été suivis pendant les 5 ans suivant leur opération. Les scientifiques ont observé lesquels développaient une démence et ont comparé la fréquence de ce trouble avec le type d'anesthésie subie. Pour eux, l’analyse des résultats est claire : il n’y a aucune différence entre les deux types d’anesthésies concernant le risque de démence. L’anesthésie générale n’a aucune influence sur le risque de souffrir de la maladie d’Alzheimer. 

Des complications rares

La société française d’anesthésie et de réanimation (SFAR) définit l’anesthésie générale comme “un état comparable au sommeil, produit par l’injection de médicaments par la perfusion, et/ou par la respiration". Trois types de médicaments sont généralement associés : des hypnotiques pour permettre la perte de conscience et la maintenir, des analgésiques pour réduire voire empêcher les douleurs, et les curares pour créer une paralysie et empêcher les muscles de bouger. 

La SFAR rappelle que les complications graves suite à cet acte médical sont rares, mais les effets secondaires sont fréquents au réveil. Les patients peuvent souffrir de nausées, de maux de gorge ou d’engourdissement des membres. “Des troubles de la mémoire ou une baisse des facultés de concentration peuvent survenir dans les heures qui suivent l’anesthésie", précise l’organisme. Si ces troubles persistent, il est primordial de consulter. Chaque année, neuf millions d’anesthésies générales sont réalisées en France. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité