• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Alimentation

Des cellules cérébrales nous poussent à grignoter

Une équipe de recherche est parvenue à identifier les cellules du cerveau liées à nos envies de sucreries. 

Des cellules cérébrales nous poussent à grignoter whitehoune/istock

  • Publié le 13.07.2020 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


"Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas" : si le message de prévention est largement diffusé, il n’est pas toujours aisé de lutter contre une fringale. Des chercheurs de l’Université de l’Iowa nous aident à comprendre pourquoi. D’après leurs travaux, les envies de grignoter sont liées à des cellules cérébrales spécifiques, influencées par une hormone. 

Le rôle de l’hormone FGF21

L’équipe scientifique est partie d’un constat : l’hormone appelée FGF21, pour facteur de croissance des fibroblastes 21, est impliquée dans la régulation de l’énergie, le contrôle du poids et la sensibilité à l’insuline. Dans leur étude, les chercheurs ont cherché à localiser la zone d’action de cette hormone dans le cerveau. "Cela nous a fourni des perspectives intéressantes sur la manière dont cela régule la consommation de sucre", explique Matthew Gillum, co-auteur de l’étude. 

L’hormone FGF21 cible des neurones dits glutamatergiques, cela lui permet d’agir sur les envies de sucre et sur sa consommation. Elle a aussi une action sur des neurones situés sur l’hypothalamus ventromédial : elle renforce leur sensibilité au glucose ce qui permet de réduire l’ingestion de sucre. Selon le niveau de cette hormone, un individu aura plus ou moins envie d’en-cas sucrés et de grignotage. Cette découverte a été complexe car cette hormone est difficile à percevoir : elle s’exprime à des niveaux très bas, précisent les chercheurs. 

La perspective d’un médicament  

Ils souhaitent désormais développer leurs investigations pour permettre l’élaboration d’un traitement. Des médicaments agissant sur FGF21 sont déjà en cours de test, mais ces nouvelles informations sur son action pourraient augmenter leur efficacité. L’objectif est d’agir sur la consommation de sucre dans le cadre du traitement de l’obésité et/ou du diabète. 

Quels traitements sont possibles aujourd’hui ? 

L’obésité touche aujourd’hui 17% des adultes en France, et le diabète concerne 3,7 millions de personnes, dont 90% souffrent d’un type 2. Si pour ce dernier, plusieurs médicaments permettent de contrôler la glycémie, peu de médicaments sont disponibles pour prendre en charge l’obésité. D’après l’Inserm, seul l’orlistat est utilisé, mais l’efficacité de ce médicament est modeste. D’autres pays autorisent les agonistes du récepteur du GLP-1 pour contrôler le poids, mais ils ne sont utilisés que dans le cadre d’un diabète de type 2 en France. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité