• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Stupéfiants

Consommer du cannabis pendant la grossesse augmenterait le risque de trouble du sommeil chez l’enfant

D’après une étude menée sur près de 12 000 jeunes, ces effets du cannabis sur le sommeil peuvent persister, même dix ans après la naissance. 

Consommer du cannabis pendant la grossesse augmenterait le risque de trouble du sommeil chez l’enfant Alina Rosanova/istock

  • Publié le 04.07.2020 à 14h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les enfants des mères qui ont fumé du cannabis durant la grossesse risquent de souffrir de troubles du sommeil
  • Le nombre de femmes enceintes qui utilisent du cannabis semble en augmentation aux Etats-Unis
  • Ces troubles du sommeil de l'enfant peuvent durer plusieurs années après la naissance

L’utilisation de cannabis pendant la grossesse peut soulager certains désagréments, comme les nausées, mais cela a des conséquences sur l’enfant. Des chercheurs américains constatent que celles-ci peuvent durer longtemps : ils ont découvert que les enfants, dont la mère a pris du cannabis pendant la grossesse, ont plus de risque de souffrir de troubles du sommeil pendant leur enfance. Ils ont publié leurs résultats dans la revue spécialisée Sleep Health : The Journal of the National Sleep Foundation.

Une consommation en hausse chez les femmes enceintes 

L’équipe de l’université du Colorado Boulder constate depuis quelques années, que les femmes enceintes consomment moins de tabac ou d’alcool pendant la grossesse. "Cela a pris du temps pour que nous réalisions que fumer ou boire ne sont pas recommandés pendant la grossesse, désormais, c’est perçu comme du bon sens", analyse John Hewitt, directeur des sciences comportementales au sein de cette université. En revanche, il constate une augmentation d’environ 7 % de la consommation de cannabis chez les femmes enceintes. D’après lui, ce serait lié à deux facteurs : l’augmentation du nombre d’Etats où la marijuana est légale et son action bénéfique contre les nausées de la grossesse. "Plusieurs études montrent qu’il faudrait faire preuve du même bon sens pour le cannabis, même si son usage est légal aujourd’hui", ajoute le professeur.

Des troubles du sommeil plus fréquents 

Pour cette nouvelle étude, les chercheurs ont analysé les données concernant 11 875 jeunes, de leurs 9 ans jusqu’au début de l’âge adulte. En parallèle, ils ont remis des questionnaires aux mères pour évaluer leur consommation de cannabis pendant la grossesse, quel que soit le type d’usage (sous forme de joint ou par ingestion). Les mères ont fourni aussi des informations sur le sommeil de leur enfant : l’endormissement, les ronflements, les réveils nocturnes ou encore la durée du sommeil. Au total, 700 mères ont déclaré avoir consommé du cannabis pendant la grossesse, dont 184 tous les jours et 262 plusieurs fois par jour. "Les mères qui ont utilisé du cannabis pendant la grossesse étaient plus nombreuses à déclarer que leur enfant avait des problèmes cliniques liés au sommeil", explique le co-auteur de l’étude Evan Winiger. La plupart d’entre elles expliquaient que leur enfant avait des difficultés à se lever le matin ou était excessivement fatigué pendant la journée. 

Quels sont les liens entre sommeil et cannabis ?

Cette étude nécessite des investigations supplémentaires, car les chercheurs soulignent qu’elle est déclarative et repose sur des souvenirs anciens. "Nous avons demandé aux mères si elles se souvenaient avoir fumé du cannabis il y a dix ans, et donc d’admettre avoir eu un comportement qui est généralement mal perçu", souligne Evan Winiger. Par ailleurs, les scientifiques s’interrogent sur le mécanisme qui mène aux troubles du sommeil chez l’enfant. Des études menées sur l’animal suggèrent que le THC, le tétrahydrocannabinol, la substance active du cannabis, se fixe sur des récepteurs cérébraux spécifiques, liés à la régulation du sommeil.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité