• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Étude

Des pesticides interdits présents dans l’air

L’analyse de l’air ambiant par trois agences pendant un an a révélé la présence de produits interdits, certains depuis plus de dix ans, mais qui n’augmenteraient que faiblement les risques de maladies.

Des pesticides interdits présents dans l’air Ladislav Kubeš/iStock

  • Publié le 03.07.2020 à 19h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • L'étude a trouvé 32 substances dont 9 interdites dans notre air ambiant
  • Ces substances n'entraînent pas une préoccupation sanitaire forte
  • De nouvelles études plus approfondies vont être menées

Notre air est loin d’être pur, que ce soit en ville ou à la campagne. Les résultats d’une étude menée par l'Anses, l'Inéris et Atmo France entre juin 2018 et juin 2019 révèlent la présence de plusieurs substances préoccupantes, comme des insecticides interdits et du glyphosate. Ces substances restent relativement peu préoccupantes pour notre santé puisque l’étude conclut qu’elles n'augmentent que faiblement les risques de maladies (1,2 %).

Des produits interdits depuis plus de 20 ans

Pendant un an, les trois agences ont mesuré la présence ou l'absence de 75 substances pesticides dans l'air ambiant, en faisant des prélèvements sur 50 sites en métropole et en Outre-Mer, autant dans le milieu rural qu'en zone urbaine. L’Anses a identifié 32 substances parmi lesquelles 9 sont interdites. Elle recommande de poursuivre les investigations et de s’interroger sur la réglementation qui ne fixe par de seuil limite de pesticides respirés chaque jour. Si certains produits ont été retrouvés fréquemment, les 100 000 données générées ne mettent “pas en évidence, au vu des connaissances actuelles, une problématique sanitaire forte associée à l’exposition de la population générale via l’air extérieur”, assure l’Anses.

Parmi les substances trouvées dans l’air, certaines sont interdites depuis plus de 20 ans sur notre territoire. C’est le cas du lindane, un insecticide interdit depuis 22 ans, que ce soit pour l’agriculture, le traitement des charpentes en bois ou comme produit anti-poux. Les résultats ont montré sa présence dans l’air ambiant dans près de 80% des échantillons testés. Le chlorpyrifos est une autre substance qui a été retrouvée dans l’air que nous respirons. Ce pesticide, qui sert à éliminer les pucerons et les chenilles, a été interdit plus récemment, au début de cette année au niveau européen. Enfin, du glyphosate a aussi été retrouvé. Classé comme cancérogène pour l'Homme par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), sa présence dans l’air a toutefois été perçue à de faibles niveaux.

Des produits présents dans l’eau mais pas dans l’air

Les chercheurs attribuent la présence de ces pesticides et autres substances interdites par l'évaporation de ces produits qui sont toujours présents dans les sols. Certains pesticides dangereux pour la santé et que l’on retrouve dans l’eau n’ont pas été rapportés dans notre air ambiant. C’est le cas du chlordécone qui continue à poser des problèmes de santé publique aux Antilles car il reste encore dans l'eau, 30 ans après son interdiction.

Des études approfondies vont être menées afin d'évaluer les risques exacts pour notre santé. “Il s’agira dans un premier temps d’identifier les motifs de persistance, puis de pouvoir estimer les expositions cumulées par les différentes voies (respiratoire, alimentaire, cutanée) et milieux d’expositions (air extérieur et air intérieur)”, annonce l'Anses. En outre, les stations de mesure n’étaient pas à proximité directe des zones d’utilisation des pesticides. Une autre étude, PestiRiv (Anses/Santé publique France), doit examiner l’exposition des riverains immédiats, en commençant en 2021 par les zones viticoles.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité