• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Coronavirus

Aux États-Unis, un tiers des morts pendant l'épidémie n'est pas dû à la Covid-19

Le taux de mortalité a grimpé aux États-Unis au cours des premiers mois de la pandémie de coronavirus. Une hausse liée à 35% à des facteurs autres que des décès liés à une infection à la Covid-19.

Aux États-Unis, un tiers des morts pendant l'épidémie n'est pas dû à la Covid-19 Diy13/iStock

  • Publié le 08.07.2020 à 16h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Du 1er mars au 25 avril, les États-Unis ont connu 87 001 décès supplémentaires au nombre attendu en fonction des moyennes des cinq années précédentes
  • Entre janvier et février, le nombre de décès par diabète a augmenté de 96%, les maladies cardiaques (89%), la maladie d'Alzheimer (64%) et les accidents vasculaires cérébraux (35%)
  • Cette hausse s'explique par les conséquences indirectes de la pandémie : peur de se rendre à l'hôpital, manque de place dans les hôpitaux, manque de suivi pour les maladies chroniques ou encore les personnes souffrant de troubles mentaux qui n'ont pas réussi à faire face à l'enfermement

Au moment où la crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus a frappé les États-Unis, une hausse de la mortalité a été observée dans le pays. Des chercheurs de la Virginia Commonwealth University et de la Yale University ont constaté que, du 1er mars au 25 avril, les États-Unis ont connu 87 001 décès supplémentaires par rapport aux chiffres attendus en fonction des moyennes des cinq dernières années. Malgré le contexte, l’étude montre que la Covid-19 n’est responsable que de 65% de ces décès supplémentaires. Dans 14 États, dont la Californie et le Texas qui sont parmi les plus peuplés, plus de la moitié des décès sont dus à d’autres choses que des infections au coronavirus. Les chercheurs ont publié leurs résultats dans le Journal of American Medical Association

Des morts par diabète en premier

Les chercheurs estiment que cet écart peut s’expliquer par le fait que le nombre de décès lié à la Covid-19 a été sous-estimé. “Il y a plusieurs raisons possibles à ce sous-dénombrement, lance Steven Woolf, auteur principal de l’étude. Certaines d'entre elles peuvent refléter une sous-déclaration, il faut un certain temps pour que certaines de ces données soient fournies. Certains cas peuvent impliquer des patients atteints de la Covid-19 qui sont décédés de complications liées, telles que les maladies cardiaques et ces complications peuvent avoir été répertoriées comme la cause du décès plutôt que la Covid-19.” L’autre raison, celle qui inquiète le plus les chercheurs, concerne la mortalité indirecte qui renvoie aux décès causés par la réponse à la pandémie. “Les personnes qui n'ont jamais eu le virus sont peut-être mortes d'autres causes en raison des retombées de la pandémie, telles que des soins médicaux retardés, des difficultés économiques ou une détresse émotionnelle”, suggère le chercheur.

Les chercheurs ont constaté que les décès causés par autre chose qu’une infection à la Covid-19 ont fortement augmenté dans les États qui ont enregistré le plus de décès dus à la Covid-19. Les décès par diabète ont augmenté de 96% par rapport aux moyennes des mois de janvier et février. Derrière, on retrouve les morts causés par une maladie cardiaque (89%), la maladie d'Alzheimer (64%) et les accidents vasculaires cérébraux (35%). À New York, les taux de mortalité ont ​​augmenté de 398% en raison de maladies cardiaques et de 356% en raison du diabète.

De nombreuses causes de décès indirects

Les raisons de ces décès se situent dans les causes indirectes de la pandémie, estiment les chercheurs. La peur de se rendre à l’hôpital a entraîné des crises cardiaques ou des accidents vasculaires cérébraux qui auraient pu être évités. D’autres auraient succombé à leur maladie, faute de soins suffisants dans les hôpitaux submergés par les malades infectés par la Covid-19. Ceux qui souffrent de maladies chroniques, comme un diabète ou un cancer, ont pu souffrir du manque de soins et de prise en charge. Il y a également les personnes qui n’ont pas réussi à faire face aux conséquences de la perte d'emploi ou de l'isolement social. “Nous ne pouvons pas oublier la santé mentale, ajoute Steven Woolf. Un certain nombre de personnes aux prises avec la dépression, la toxicomanie et des conditions économiques très difficiles causées par les blocages sont peut-être devenues de plus en plus désespérées et certaines peuvent être mortes par suicide. Les personnes dépendantes aux opioïdes et à d'autres drogues peuvent avoir une surdose.” 

Les chercheurs ont annoncé que de nouvelles études plus approfondies doivent être menées afin de chiffrer de manière plus exacte le nombre de décès directs et indirects dus à la Covid-19.

Publicité
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité