• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Covid-19

Coronavirus : l’Europe avance dans la course mondiale au vaccin

Face à la pandémie de coronavirus, le monde entier est mobilisé et 95 vaccins sont actuellement en période de tests. Samedi 13 juin, quatre pays européens, dont la France, ont signé un accord de principe avec le laboratoire britannique AstraZeneca, qui expérimente un vaccin, pour bénéficier d'un accès privilégié aux doses si celui-ci se révèle efficace.

Coronavirus : l’Europe avance dans la course mondiale au vaccin undefined undefined/iStock

  • Publié le 15.06.2020 à 18h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le laboratoire AstraZeneca développe un projet de vaccin qui s’appelle AZD1222 et qui porte sur la base d'un vecteur viral.
  • L'accord signé entre les pays européens visent à fournir les doses ce vaccin, s'il s'avère efficace, en priorité vers les pays européens à hauteur de 2 millions de doses, dont 400 millions pour la France.
  • Le laboratoire s'est engagé à ne pas réaliser de profit et à fournir le vaccin à 2 euros par dose.

Dans le monde entier, c’est la course au vaccin contre la Covid-19. Une course qui comprend une centaine de laboratoires et 95 vaccins qui sont encore en lice. Les premiers tests cliniques sur l’homme débutent un peu partout dans le monde. Un laboratoire chinois a entamé la deuxième phase d'essais cliniques, qui porte sur des humains, pour trouver un vaccin contre le coronavirus. L’Institut Pasteur aura lui les premiers résultats en octobre pour savoir si son vaccin, basé sur une modification de celui utilisé contre la rougeole, est efficace contre la Covid-19. “On sait que sur les vaccins, 50% sont développés aux États-Unis, 20% en Chine et 20% en Europe, avance Gilbert Deray, chef du service de néphrologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris), à Franceinfo. La santé devient un enjeu stratégique, pas juste sanitaire, mais politique et économique. Un État démocratique qui n’aurait pas un vaccin efficace tombera. (...) N’importe quel État qui aura un vaccin pour le reste du monde disposera d’un pouvoir colossal.”

400 millions de doses réservées pour la France

En Europe, l’espoir de vaccin contre le SARS-CoV-2 repose essentiellement sur le laboratoire britannique AstraZeneca, qui travaille avec l’université d’Oxford (Royaume-Uni). Le projet de vaccin s’appelle AZD1222 et porte “sur la base d'un vecteur viral, décrit Olivier Nataf, président d'AstraZeneca France, à Franceinfo. Vous prenez un virus qui est inactivé, on change son code génétique pour insérer le code génétique qui va permettre de produire la protéine du coronavirus. En produisant cette protéine, le patient va pouvoir développer une réponse immunitaire contre la protéine caractéristique du coronavirus.” Il est actuellement testé sur plusieurs milliers de patients au Royaume-Uni, au Brésil et aux États-Unis, des pays où le virus circule encore beaucoup. Les résultats devraient être publiés rapidement. “Les études que nous menons en ce moment nous permettront d'avoir des résultats à l’automne”, assure Olivier Nataf.

Si les résultats du vaccin sont positifs, le vaccin devrait être distribué à la fin de l’année. Ce samedi 13 juin, l'Allemagne, la France, l'Italie et les Pays-Bas ont signé un accord leur assurant la priorité sur celui-ci “en vue de garantir l'approvisionnement de la population européenne dans son ensemble et d'autres pays partenaires qui souhaiteront rejoindre l'initiative”, précise un communiqué conjoint des ministères de la Santé et de l’Économie. En tout, l’accord “permet de fournir jusqu'à 400 millions de doses de ce vaccin” pour la France, a précisé Olivier Nataf, et deux milliards au total. “Si l'efficacité n'est pas prouvée, il pourrait y avoir différentes issues : on peut continuer, avoir un délai et avoir d'autres résultats, ou on passe à autre chose”, précise-t-il, avant d’ajouter que cela représente une “première assurance pour les citoyens de l’Europe”.

Deux euros par dose

Le laboratoire s’est par ailleurs engagé à “ne pas faire de profits sur ce vaccin et à le fournir à prix coûtant”, a assuré son président. Concrètement, cela reviendrait à environ 2€ par dose. “Notre chaîne de production européenne devrait commencer la production rapidement”, a confirmé le PDG d'AstraZeneca, Pascal Soriot, dans un communiqué. En dehors de l’Europe, le laboratoire a conclu des accords de fabrications avec deux fonds soutenus par Bill Gates et le gouvernement américain pour 1,2 milliard de dollars. Par ailleurs, l’Europe pourrait signer d’autres contrats avec d'autres groupes pharmaceutiques “pour réduire le risque de dépendance à un seul projet”, ajoute le ministre de la Santé, Olivier Véran, dans le communiqué du 13 juin.

Publicité
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité