• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Doutes

Le coronavirus pourrait-il se transmettre par la climatisation?

D'après une récente étude chinoise, le coronavirus pourrait se transmettre grâce à la climatisation. Toutefois, ces données sont à prendre avec des pincettes alertent divers experts français. 

Le coronavirus pourrait-il se transmettre par la climatisation? Rost-9D/iStock

  • Publié le 28.04.2020 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Une étude chinois affirme que la climatisation pourrait être un facteur de diffusion de SARS-CoV-2
  • Les scientifiques français estiment que cela ne démontre pas que Covid-19 puisse s'attraper à cause d'une climatisation

Alors que le déconfinement est prévu pour le 11 mai et que l’été arrive, se pose la question de la propagation du coronavirus grâce aux systèmes de climatisation. D’après une publication préliminaire parue dans la lettre d'information Emerging Infectious Diseases, une flambée épidémique pourrait survenir par voie aérienne du fait de la climatisation. Si ces résultats sont très inquiétants, ils sont toutefois à prendre avec des pinceaux, assurent certains experts.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs chinois se sont intéressés à un repas de fête dans un restaurant de Canton (Chine), qui s’est déroulé le 24 janvier. Ce jour-là, une femme de 63 ans originaire de Wuhan, berceau de l’épidémie de Covid-19, participait à l’événement. Quelques jours plus tard, elle a été testée positive au virus. Après quoi, neuf autres clients de l’établissement ont développé la maladie à leur tour. Pour au moins deux autres personnes qui n’étaient pas à sa table, cette dame était la seule source de contamination connue. 

Aussi, elle aurait contaminé des gens devant et derrière elle, mais pas les serveurs, qui ont pourtant touché son assiette et ses couverts. Conclusion : la contamination vient du système aérien du restaurant, notent les chercheurs. Celui-ci favoriserait, par le flux d’air, la transmission d'aérosols contaminés vers les autres tables, avancent les chercheurs. Les aérosols sont des gouttelettes suffisamment petites pour rester en suspension dans l’air et se déplacer librement. 

La transmission aérienne reste un sujet flou 

Cette étude a cependant quelques limites. Les chercheurs n’ont par exemple pas réalisé d’expérimentation simulant la voie transmission aéroportée ni d’études sérologiques sur des membres asymptomatiques de la famille de Wuhan ou d’autres convives pour estimer le risque d’infection directe.

En France, plusieurs spécialistes ont donc émis des réserves sur ces résultats. “On voit qu'il y a moins d'un mètre entre le malade de la table A et les clients de la table B, or, les gouttelettes vont jusqu'à 1,50 m”. Concernant les clients contaminés de la table C, “cela ne colle pas” , explique Jean-Christophe Lucet, chef de service de l'unité d'hygiène et de lutte contre les infections nosocomiales à l'hôpital Bichat, à Paris, à Franceinfo. En effet, la climatisation qui se trouve au-dessus de cette table souffle dans le sens inverse de la contamination supposée par les auteurs de l'étude, détaille le spécialiste. .

Le 6 avril, des chercheurs finlandais ont montré qu’une personne qui tousse répand des particules sous forme d’aérosol. L’étude montrait leur dispersion et expliquait qu’à l’heure actuelle, on ne sait pas encore si sous cette forme elles suffisent à transmettre le coronavirus. Ainsi, s’il n’existe que peu de preuves sur la façon dont le virus pourrait se propager dans l’air, les chercheurs concluaient en rappelant l’importance de la distanciation physique et du port du masque pour protéger les autres des gouttelettes respiratoires. 

Des charges virales insuffisantes ? 

Ainsi, “les études menées à ce jour semblent indiquer que le virus responsable de la Covid-19 est principalement transmissible par contact avec des gouttelettes respiratoires, plutôt que par voie aérienne", note l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur son site.

“Pour le moment, la seule chose scientifiquement avérée par évidence expérimentale, c'est qu'il existe un effet d'aérosol dans la chambre d'un patient malade”, explique quant à lui Daniel Camus, infectiologue à l'Institut Pasteur de Lille auprès de Ouest-France. “Il n’a pas été montré que les systèmes d’aération, de ventilation ou d’air conditionné, présentaient un danger particulier. Les charges virales sont probablement insuffisantes”, développe-t-il. 

Qui plus est, une ventilation bien utilisée permet de diluer les aérosols chargés de virus qui sont ensuite extraits de la pièce. “Une hausse des taux de ventilation est d'ailleurs préconisée pour contrôler les maladies aéroportées, à condition que ces systèmes soient utilisés de manière appropriée : sans faire recirculer l'air et en dirigeant les flux des zones propres vers les zones potentiellement contaminées”, rappelle ainsi Le Figaro.

Attention aux aspirateurs 

Si dans les années 1960, il avait été montré que la légionellose (infection respiratoire grave due à l'inhalation d'un aérosol d'eau contaminée par la bactérie Legionella) pouvait être transmise dans les systèmes de climatisation, cela se produisait car “à l'époque, on faisait circuler l'air au contact de l'eau pour humidifier, explique Jean-Christophe Lucet à Franceinfo. Depuis, les systèmes de circulation sont différents”, assure-t-il.  

Malgré tout, ces informations seront à prendre en compte quand les restaurants, commerces et entreprises rouvriront. Dans le doute, déconfinement ou pas, il faudra continuer à essayer de maintenir les mesures barrière autant que possible (distanciation sociale, tousser et éternuer dans son coude, utiliser un mouchoir à usage unique) et de privilégier les espaces ouverts à ceux climatisés.

Enfin, si vous avez la climatisation chez vous, pensez à bien nettoyer les orifices de VCM et à entretenir les filtres. Surtout, méfiez-vous des appareils soufflants comme les aspirateurs, met en garde Daniel Camus. “Ils peuvent générer un aérosol. Un aspirateur passé dans l'appartement d'une personne contaminée peut remettre les particules en suspension", alerte l’infectiologue auprès de Ouest-France.

 https://www.pourquoidocteur.fr/MaladiesPkoidoc/1176-Coronavirus-Covid-19-n-est-qu-une-infection-virale-poumon

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité