• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Bonne nouvelle

Coronavirus : la chaleur et les rayons UV pourraient affaiblir le virus

La lumière du soleil, la chaleur et l'humidité pourraient bien affaiblir le nouveau coronavirus, selon une nouvelle étude du gouvernement américain présentée à Washington (Etats-Unis) jeudi 23 avril. 

Coronavirus : la chaleur et les rayons UV pourraient affaiblir le virus yotrak/iStock

  • Publié le 24.04.2020 à 17h15
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Une étude du gouvernement américain affirme que la chaleur et les UV pourraient affaiblir le coronavirus
  • "Je pense que c'est une très bonne chose", a commenté Donald Trump
  • Les autorités sanitaires françaises estiment "possible" que certains aspects climatologiques puissent jouer un rôle

Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, le monde entier espère que l’arrivée de l’été pourra affaiblir le virus. Bonne nouvelle : cela pourrait bien se produire, selon de nouveaux travaux du gouvernement américain présentés jeudi 23 avril à la Maison Blanche.

Nous avons identifié quelques-uns des maillons faibles dans la chaîne de transmission du virus. Nous avons identifié que la chaleur et l'humidité étaient des éléments faibles de cette chaîne. Nous avons identifié que la lumière du soleil, les rayons UV étaient une faiblesse dans cette chaîne, a déclaré Bill Bryan, un expert en science et technologie auprès du ministère de la Sécurité intérieure alors qu’il présentait les résultats préliminaires de cette étude. Notre observation la plus frappante à ce jour est l'effet puissant que semble avoir la lumière du soleil pour tuer le virus, aussi bien sur des surfaces que dans l'air. Nous avons vu un effet similaire à la fois des températures et de l'humidité. La hausse des températures ou de l'humidité, ou des deux, est généralement moins favorable au virus”.

Pour appuyer ses dires, Bryan a présenté des données chiffrées. Selon ces dernières, une demi-vie du virus, soit le temps nécessaire pour réduire sa puissance de moitié, dure 18 heures avec une température comprise entre 21 et 24 degrés Celsius et avec 20% d'humidité sur une surface non-poreuse (une poignée de porte par exemple). En revanche, cette demi-vie serait ramenée à 6 heures quand le taux d’humidité monte à 80% et à seulement quelques minutes quand la lumière du soleil s’y ajoute.  

Continuer à faire preuve de prudence malgré tout  

Quand le virus est suspendu dans l’air, la demi-vie dure une heure avec une température de 21 à 24 degrés Celsius et 20% d’humidité. Dans les mêmes conditions mais avec la lumière du soleil en plus, elle tombe à une minute et demie.

Ainsi, l’arrivée de l’été pourrait créer “un environnement dans lequel la transmission peut être réduite”. Cependant, l’agent pathogène ne sera pas entièrement vaincu pour autant. Aussi, ces résultats ne justifient aucunement un laisser-aller de la part des populations et un abandon des mesures barrières (distanciation sociale d’au moins un mètre, se laver les mains avant et après chaque sortie, tousser et éternuer dans son coude, utilisation d’un mouchoir à usage unique…), rappelle Bryan.

Pour le vice-président américain, Mike Pence, ces observations sont “encourageantes”. “Si la chaleur est bonne (pour affaiblir le virus), si la lumière du soleil est bonne, je pense que c'est une très bonne chose”, a quant à lui commenté Donald Trump.

“Il y a encore beaucoup d’inconnu”

Toutefois, même si le nombre de contaminations au nouveau coronavirus ralentissait pendant l’été, le taux d’infection augmenterait probablement à nouveau au cours de l’automne et de l’hiver comme c’est le cas avec des virus saisonniers comme la grippe, alertent les autorités sanitaires. En effet, les quatre coronavirus endémiques actuellement connus des humains sont responsables de 10 à 15% des infections hivernales courantes. Dans les climats tempérés, ils présentent un pic entre décembre et avril et sont à peine détectables l’été.

“Il est possible que ce virus (Sars-CoV-2) soit en partie sensible à certains aspects climatologiques qui pourraient jouer un rôle, avait déjà déclaré le professeur Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique Covid-19, sur la chaîne de télévision LCP le 15 avril, mais “il y a encore beaucoup d'inconnu.”

On a notamment remarqué que le nouveau coronavirus faisait moins de victimes dans certains pays de l’hémisphère sud où il fait encore chaud. En Australie, près de 6 600 cas ont été recensés pour seulement 78 morts, tandis qu’à Singapour, le bilan au 7 avril était de 1 381 personnes infectées et six décès depuis le début de la crise. Toutefois, selon les autorités sanitaires, l’onde de choc de l’épidémie pourrait continuer à se faire sentir jusqu’en 2021.

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité