• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Agressions en hausse

Violences conjugales et confinement : les victimes pourront donner l'alerte directement dans les pharmacies

Les interventions des forces de l’ordre pour signalement de violences conjugales ont augmenté depuis le début du confinement, a déclaré le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner sur France 2 jeudi 26 mars. Pour y faire face, les victimes pourront désormais “donner l'alerte directement dans les pharmacies”. 

Violences conjugales et confinement : les victimes pourront donner l'alerte directement dans les pharmacies Serghei Turcanu/iStock

  • Publié le 27.03.2020 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Oui, le risque augmente du fait du confinement”. Les interventions des forces de l’ordre pour signalement de violences conjugales ont augmenté de “32% en zone de gendarmerie” et de “36% à Paris” depuis la mise en place du confinement en France, a déclaré le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner dans l’émission Vous avez la parole sur France 2, jeudi 26 mars. Pour lutter contre cet inquiétant phénomène, le ministre a annoncé que les femmes victimes d’actes violents pourront “donner l’alerte directement dans les pharmacies” pour déclencher l’intervention policière.

Dans la pharmacie, au moment où la femme qui peut être battue se rend sans son mari” pour aller chercher des médicaments, il faut qu’elle “puisse donner l’alerte”, a expliqué le ministre. Si son conjoint est avec elle, elle pourra utiliser un “code”, “par exemple, masque 19”, comme c'est déjà le cas en Espagne. Des consignes seront données pour que les forces de l’ordre puissent “intervenir en urgence”, a-t-il dit. 

“Avec Marlène Schiappa [ la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes] demain [vendredi], nous allons avancer pour que ce soit partout sur le territoire national un des moyens de protection”, a-t-il précisé, assurant que la lutte contre les violences conjugales était “une priorité”. 

En Chine, les violences domestiques ont quasiment doublé pendant le confinement

La question des femmes victimes de violences conjugales est régulièrement abordée depuis le début de la mise en place du confinement en France. Sur Twitter, Marlène Schiappa avait déjà fait part de ses craintes à ce sujet.

En Chine, où les habitants ont été placés en confinement total pendant plusieurs semaines à cause du coronavirus, le nombre de violences conjugales a cruellement augmenté. D’après les déclarations au site Sixth Thone de Wan Fei, un ancien officier de police qui a créé sa propre association de lutte contre les violences domestiques, les cas ont quasiment doublé dans les villes de la province d’Hubei, épicentre de l’épidémie de Covid-19. 

Pour éviter qu’une telle situation ne se produise chez nous, le collectif féministe Nous Toutes a récemment lancé une pétition demandant au gouvernement un plan d’urgence contre les violences faites aux femmes, s’inspirant du voisin espagnol. En effet, l’Espagne a renforcé ses mesures contre les violences conjugales pendant la période de confinement.

Si vous êtes concernée et que vous avez la possibilité de vous isoler chez vous, vous pouvez appeler gratuitement le numéro pour les femmes victimes de violences, le 3919, du lundi au samedi, de 9h à 19h. L’appel est anonyme et ne figure pas sur les factures téléphoniques. Par ailleurs, la plateforme de signalement des violences sexuelles et sexistes pour déclarer votre cas et pouvoir bénéficier d’assistance et conseils est opérationnelle en permanence sur arretonslesviolences.gouv.fr. Elle permet de dialoguer anonymement avec des forces de l’ordre formées aux agressions de ce genre. Enfin, si vous cherchez un hébergement d’urgence, le 115 est également toujours joignable.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité