• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Progrès scientifiquefique

Glaucome : une nouvelle technique pour contrôler la pression oculaire

Grâce à une micropompe, il est possible de contrôler la pression oculaire responsable de la survenue du glaucome.

Glaucome : une nouvelle technique pour contrôler la pression oculaire Smirart/iStock

  • Publié le 09.03.2020 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • En France 800 000 personnes sont traitées pour un glaucome
  • Cette maladie entraîne une perte progressive de la vision
  • Des chercheurs ont mis au point une nouvelle technique de traitement qui ne risque pas d'endommager l'oeil

Le glaucome est la seconde cause de cécité dans les pays développés après la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Selon l’Inserm, le glaucome touche 1 à 2 % des personnes de plus de 40 ans, ce chiffre est estimé à environ 10 % après 70 ans. En France, 800 000 personnes sont traitées pour un glaucome, mais les spécialistes estiment que près d’un demi-million de personnes en souffriraient sans le savoir. Cette maladie dégénérative du nerf optique entraîne une perte progressive de la vision, à cause d’une grande pression intraoculaire exercée sur les fibres du nerf optique et de la rétine.

Si le glaucome reste assez délicat à soigner, la dernière technique mise au point par les neuroscientifiques de l'université de Floride du Sud (États-Unis) pourrait changer la donne. Ils ont réussi à contrôler en permanence la pression oculaire lors de l'induction du glaucome sans causer de dommages aux tissus oculaires. Les résultats de leur étude ont été publiés dans la revue Scientific Reports.

Une pompe miniature pour contrôler la pression oculaire

Selon les neuroscientifiques, l’augmentation de la pression dans un œil sain et sa constance dans le temps finissent par endommager la rétine et le nerf optique, ce qui conduit tôt ou tard un glaucome. Grâce à la technique mise au point par les chercheurs de l’université de Floride du Sud, il est désormais possible de contrôler cette pression.

La méthode permettant de réguler la pression en continu sans endommager l'œil a été mise au point par l’équipe de chercheurs. Au cours de leur expérience, ils ont réussi à manipuler la pression en greffant un minuscule tube dans l'œil d'un animal. Le tube greffé était relié à un capteur de pression capable de contrôler cette dernière. L'appareil était ensuite relié à une micropompe portable et à un réservoir de solution saline ; c’est ce liquide qui était injecté dans les yeux afin de contrôler la pression. Le capteur installé dans l'appareil enregistrait la pression toutes les quelques secondes et fonctionnait 24 heures sur 24 pendant deux mois. Pendant l'expérience, le tube inséré dans l'animal est resté fixe tandis que l'animal était capable de cligner des yeux et même de les faire pivoter sans aucune restriction.

Une avancée dans le traitement du glaucome

Pour Chris Passaglia, professeur d'ingénierie médicale à l’université de Floride du Sud, “cette technique offre une avancée significative dans la recherche sur le glaucome. Toutes les études réalisées à ce jour ont permis d'élever la pression en bloquant l'écoulement du liquide de l'œil, alors que la nôtre ajoute du liquide si nécessaire pour produire la pression souhaitée sans endommager les voies d'écoulement. Les chercheurs peuvent désormais avoir une connaissance et un contrôle directs de la pression oculaire.”

Jusqu’à présent, les chercheurs et les chirurgiens du monde entier n’arrivaient pas à surmonter les difficultés liées aux changements fréquents de pression oculaire. Ces changements, imprévisibles et irréversibles, endommagent l’œil et la vision. Sachant qu’il n’existe pas de traitement pour soigner le glaucome et recouvrer la vue, l’objectif des techniques actuelles est de prévenir voire de ralentir les dommages.

Selon Chris Passaglia, cette nouvelle technique peut faire avancer la recherche dans ce domaine en supprimant la variabilité expérimentale causée par l'imprévisibilité de la pression oculaire. Les études systématiques qui seront menées pourront désormais aider à mieux comprendre le rôle de l'historique de la pression oculaire dans l'apparition et la progression de la maladie. Cette avancée contribuera également lors d’examen pour vérifier l'efficacité thérapeutique des médicaments contre le glaucome en les infusant simultanément dans les yeux des animaux.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité