• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Evolution

Que se passe-t-il dans le cerveau lorsque l'adolescent devient adulte ?

La science est désormais en mesure de nous expliquer ce qu'il se passe dans le cerveau lorsque l'adolescent renforce ses capacités sociales pour devenir un adulte.

Que se passe-t-il dans le cerveau lorsque l'adolescent devient adulte ? HbrH /istock

  • Publié le 02.02.2020 à 16h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'adolescence est une période de changement majeure de notre vie. Comme l'écrit Simone de Beauvoir dans son livre L'Amérique au jour le jour, “l'adolescence est le passage entre le monde donné de l'enfance et l'existence d'homme à fonder”. Des chercheurs des universités de Cambridge et du College de Londres (Royaume-Uni) ont justement observé de quelle façon le cerveau évolue lorsque nous traversons cette passerelle entre l'adolescence et l'état d'adulte. Leurs résultats ont été publiés sur leurs sites respectifs.

Ils ont d'abord étudié l'activité cérébrale de 298 jeunes en bonne santé, âgés de 14 à 25 ans, grâce à l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), une technologie de pointe. Les séances ont eu lieu une à trois fois à environ 6 et 12 mois d'intervalle. A chaque fois, les participants se sont allongés tranquillement, laissant les chercheurs analyser le schéma de  connexions des différentes régions de leur cerveau alors que celui-ci était au repos.

Ce “mic mac” cérébral qui nous fait devenir adulte

L'équipe a découvert au fil du temps que la connectivité fonctionnelle du cerveau (soit la façon dont les différentes régions cérébrales communiquent entre elles) change de deux façons avec l'âge. Dans un premier temps, les zones cérébrales régissant la vision, le mouvement et autres facultés de base sont fortement connectées entre elles à l'âge de 14 ans et le sont davantage à l'âge de 25 ans. Ce qui, de fait, s'avère plutôt positif. 

Dans un second temps, les chercheurs ont observé que la connexion entre les régions cérébrales qui permettent d'imaginer comment une autre personne pense ou ce qu'elle ressent, évoluent différemment : les connexions faibles au moment de l'adolescence se renforceraient avec l'âge, et à l'inverse, celles qui étaient fortes s'affaibliraient.

Pas de panique, on vous explique : les chercheurs ont observé des niveaux élevés d'activité métabolique, généralement associés à une re-modélisation des connexions entre les cellules nerveuses. C'est donc au gré de ce “mic mac” que de nouveaux réseaux se forment dans notre cerveau, nous permettant ainsi qu'acquérir et de renforcer nos compétences sociales pour devenir adulte.

Mieux comprendre les troubles mentaux chez les jeunes

Outre le fait que ces observations nous offrent une meilleure compréhension de l'évolution cérébrale, elles pourraient également permettre aux chercheurs de mieux comprendre la formation de maladies mentales. 

“Nous savons que la dépression, l'anxiété ainsi que d'autres troubles mentaux surviennent souvent pour la première fois à l'adolescence, mais nous ignorons de quelle façon, explique le professeur Ed Bullmore, chef du département de psychiatrie de Cambridge et co-auteur de l'étude. Ces résultats nous montrent donc que la re-modélisation des réseaux cérébraux se fait pendant l'adolescence, mais peut aussi nous apporter une compréhension plus approfondie des causes de la maladie mentale chez les jeunes.”

Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), “les problèmes de santé mentale représentent 16% de la charge mondiale de morbidité et de blessures chez les jeunes âgés de 10 à 19 ans”. La moitié de ces troubles mentaux apparaissent avant l’âge de 14 ans, mais ne sont souvent ni détectés ni traités. À l’échelle mondiale, la dépression est l’une des principales causes de morbidité et d’invalidité chez les adolescents et le suicide est la troisième cause de mortalité chez les 15-19 ans.

“Lorsqu’ils ne sont pas traités, les problèmes de santé mentale des adolescents ont des conséquences physiques et mentales jusqu’à l’âge adulte, limitant la possibilité pour eux de mener une vie épanouissante”. Souhaitons donc que cette étude soit, comme l'espèrent ses auteurs, l'ébauche de futurs travaux plus poussés sur les troubles mentaux chez les jeunes.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité