• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Pollution de l'air

Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaques : vivre près de grands axes routiers accroît le risque

Selon une nouvelle étude, vivre à moins de 50 mètres d'une route principale ou à moins de 150 mètres d'une autoroute est associé à un risque plus élevé de développer une démence, la maladie de Parkinson, la maladie d'Alzheimer ou encore la sclérose en plaques.

Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaques : vivre près de grands axes routiers accroît le risque Alfribeiro/iStock

  • Publié le 27.01.2020 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


La pollution n’est pas seulement néfaste pour nos poumons ou notre santé cardiovasculaire : elle serait aussi un facteur de risque de certaines maladies auto-immunes ou neurodégénératives.

C’est ce que met en lumière une nouvelle étude menée par l’Université de la Colombie-Britannique, au Canada, et publiée dans la revue Environmental Health. Selon ses auteurs, vivre à proximité d’un axe routier important ou d’une autoroute aurait une incidence non négligeable sur le développement d’une démence, de la maladie d’Alzheimer, de la maladie de Parkinson ou sur celui de la sclérose en plaques (SEP). En cause : la pollution atmosphérique résultant de la forte fréquentation de ces axes routiers.

“Pour la première fois, nous avons confirmé un lien entre la pollution de l'air et la proximité du trafic avec un risque plus élevé de démence, de Parkinson, d'Alzheimer et de sclérose en plaques au niveau de la population”, explique ainsi Weiran Yuchi, auteur principal de l'étude.

Une augmentation du risque de 7% à 14%

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont analysé les données concernant 678 000 adultes âgés de 45 à 84 ans qui ont vécu dans la région métropolitaine de Vancouver de 1994 à 1998 et pendant une période de suivi de 1999 à 2003. Pour estimer leur risque de développer une maladie neurologique, ils ont pris en compte l'exposition individuelle à la proximité de la route, à la pollution de l'air, au bruit et à la verdure au domicile de chaque personne en utilisant les données du code postal. Au cours de la période de suivi, les chercheurs ont identifié 13 170 cas de démence non-Alzheimer, 4 201 cas de maladie de Parkinson, 1 277 cas de maladie d'Alzheimer et 658 cas de sclérose en plaques.

Ils ont ainsi découvert que vivre à moins de 50 mètres d'une route principale ou à moins de 150 mètres d'une autoroute augmentait de 14% le risque de développer une démence et de 7% la maladie de Parkinson.   

En raison du nombre relativement faible de cas d'Alzheimer et de SEP dans la région métropolitaine de Vancouver, les chercheurs n'ont en revanche pas identifié d'associations entre la pollution de l'air et l'augmentation du risque de ces deux troubles. Toutefois, ils analysent actuellement des données à l'échelle du Canada et espèrent que l'ensemble de données plus important fournira davantage d'informations sur les effets de la pollution atmosphérique sur la maladie d'Alzheimer et la sclérose en plaques.

Des espaces verts aux effets protecteurs

Les chercheurs se sont cependant rendu compte que la proximité d’espaces verts pouvait diminuer les effets de la pollution de l’air sur les troubles neurologiques. “La bonne nouvelle est que les espaces verts semblent avoir certains effets protecteurs en réduisant le risque de développer un ou plusieurs de ces troubles”, explique Weiran Yuchi.

Cela est dû à plusieurs facteurs. “Pour les personnes qui sont exposées à un niveau plus élevé d'espaces verts, elles sont plus susceptibles d'être physiquement actives et peuvent également avoir plus d'interactions sociales, avance Michael Brauer, co-auteur des travaux. Il peut même y avoir des avantages à ne considérer que les aspects visuels de la végétation.”

Selon les auteurs de l’étude, il est nécessaire de fournir des efforts d’urbanisme supplémentaire pour non seulement réduire la circulation automobile, mais aussi accroître l’accessibilité aux espaces verts en développant des parcs et des quartiers résidentiels.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité