Publicité

QUESTION D'ACTU

Pérou

Manque d'oxygène : une étude sur les Péruviens qui vivent à plus de 5 000 mètres d'altitude

Ils vivent à 5 300 mètres d’altitude et mettent leurs corps à rude épreuve.

Manque d'oxygène : une étude sur les Péruviens qui vivent à plus de 5 000 mètres d'altitude Mzabarovsky/iStock

  • Publié 16.01.2020 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


La ville la plus haute du monde est inhospitalière. Nichée à 5 300 mètres d’altitude, La Rinconada, située dans le sud-est du Pérou, est habitée par des chercheurs d’or. Leur survie intrigue la communauté scientifique, persuadée qu’à cette hauteur, aucun homme ne pouvait survivre. Des chercheurs de l’université Grenoble-Alpes, de l’Inserm et de HP2 sont partis au Pérou il y a un an pour mener une étude sur la population. Le Monde partage leurs premiers résultats.

Qu’est-ce que l’hypoxie ?

L’hypoxie désigne le manque d’oxygène : plus l’altitude augmente, plus il se fait rare. Or, le corps humain a besoin d’en avoir suffisamment pour fournir de l’énergie aux cellules. En haute altitude, l’organisme compense : le débit sanguin augmente et la production de globules rouges est plus élevée. Lorsque le séjour se prolonge ou que le corps tarde à s’adapter, certaines personnes peuvent ressentir le mal aigu des montagnes. Il est caractérisé par des nausées, des migraines et des vertiges. Dans les cas les plus graves, une altitude trop importante peut être à l’origine d’un œdème pulmonaire à cause d’une forte pression dans les capillaires.

Un quart de la population souffre du mal chronique des montagnes

L’équipe de chercheurs français a étudié l’état de santé des habitants de La Rinconada, où la quantité d’oxygène est réduite de 50% par rapport au niveau de la mer. Seulement un quart de la population souffre du mal chronique des montagnes, qui provoque, comme le mal aigu des montagnes, des maux de tête, de l’essoufflement mais aussi des acouphènes et des troubles vasculaires. Au-delà de l'altitude, les conditions de vie sont rudes dans le village, les habitants n’ont pas de tout-à-l’égout et pas d’eau courante, et il y a très peu de médecins. 

Les chercheurs français tentent de répondre à une question : face à ces conditions difficiles, pourquoi seulement une partie des travailleurs est atteinte du mal chronique des montagnes ? Pour l’heure, ils n’ont pas trouvé de différences physiologiques entre ces deux parties de la population. Cela pourrait être du à des variations génétiques ou à la chance : l’autre hypothèses des chercheurs est que tous les travailleurs finiront par être atteint de ce mal un jour ou l’autre. Compte tenu du manque d’oxygène, leur corps fabrique beaucoup de globules rouges, leurs vaisseaux sont très dilatés car le sang est plus visqueux, ce qui les rend tous très vulnérables face au risque d’accident vasculaire grave. 

La piste d’un traitement

Les chercheurs français ont été sollicité par un scientifique péruvien. Ensemble, ils testent des traitements pour permettre de protéger les travailleurs du mal chronique des montagnes. En août 2020, l’équipe de recherche doit revenir, au complet, dans la ville pour enregistrer les effets des médicaments. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité