• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

EIGS

Accidents médicaux : 820 cas graves recensés en 2018

Selon un rapport de la Haute Autorité de santé, 820 accidents médicaux graves ont été déclarés en 2018 par les professionnels de santé. Des déclarations encore “trop timides” malgré leur caractère obligatoire depuis 2017.

Accidents médicaux : 820 cas graves recensés en 2018 Enigmangel/iStock

  • Publié le 01.01.2020 à 18h00
  • |
  • |
  • |
  • |


En 2018, 820 événements indésirables graves associés aux soins (EIGS) ont été signalés à la Haute Autorité de santé (HAS), selon un rapport rendu public début décembre.

Pouvant survenir à tout moment dans cette prise en charge, un événement indésirable peut, selon les conséquences qu’il entraîne pour la personne, être qualifié d’événement indésirable grave associé aux soins (EIGS). C’est le cas, précise la HAS, lorsqu'il créé un déficit fonctionnel permanent, la mise en jeu du pronostic vital ou le décès du patient, soit la situation donnée pour la moitié des accidents médicaux recensés pour l’année 2018. Par ailleurs, le pronostic vital a été mis en jeu dans 33% des cas, et 17% des victimes souffrent d’un “probable déficit fonctionnel permanent”.

Des accidents graves qui ont lieu pendant “les périodes vulnérables”

Comment ces EIGS ont-ils été comptabilisés ? Depuis 2017, les professionnels de santé ont pour obligation de les rapporter aux Agences régionales de santé (ARS), qui les font ensuite remonter jusqu’à la HAS. Au total, 3 536 déclarations initiées par les professionnels de santé auprès des ARS ont été faites et 820 ont été qualifiées d’EIGS. La plupart émanent de professionnels exerçant dans un établissement de santé (82 %), puis dans le secteur médico-social (14 %) et enfin en ville (4 %).

L’analyse des déclarations faites montre que ces événements graves surviennent pendant les périodes vulnérables : 39% des déclarations concernent ainsi un événement ayant eu lieu la nuit, le week-end ou un jour férié, et 55% d’entre elles sont par ailleurs considérées comme évitables.

Les trois principaux risques identifiés sont les suicides de patients (181 cas), les défauts de prise en charge (retard de prise en charge, défaut de surveillance : 134 cas) et les chutes de patients (121 cas). Suivent les erreurs médicamenteuses, les décès inexpliqués, les complications post-opératoires, les fausses routes et les troubles de la déglutition, les contentions physiques passives mal maîtrisées, les gestes traumatiques et enfin les interventions des SAMU/SMUR.

Certaines régions sont enfin plus touchées que d’autres: c’est le cas de l’Auvergne-Rhône-Alpes (129 cas), de l’Île-de-France (175) et de la Nouvelle-Aquitaine (123).

Un dispositif de recensement à optimiser

Si la HAS est parvenue à dresser un bilan des accidents médicaux, elle déplore toutefois que perdurent “deux freins à un fonctionnement optimal du dispositif”. D’abord une “sous-déclaration encore importante des EIGS qui touche directement le contenu des travaux de la HAS”, mais aussi une “non-maturité du dispositif caractérisée par des déclarations de qualité inégale et des analyses parfois non abouties”.

“Cela peut être dû à une connaissance encore insuffisante du dispositif, mais aussi à une crainte de la déclaration de la part des professionnels de santé, par peur de la sanction. Il faut en finir avec cette culture du blâme”, avance sur le site du Figaro Dominique Le Guludec, présidente de la HAS.

La HAS propose donc “d’optimiser le processus informatique des déclarations d’EIGS” en renforçant l’information sur le dispositif auprès des professionnels de santé, en développant un “un guide pédagogique sur l’analyse approfondie des EIGS avant transmission à la HAS” et enfin de réaliser “dans les organisations sanitaires et médico-sociales un audit du dispositif de déclarations des événements indésirables associés aux soins (dont les EIGS) et la mise en œuvre des actions d’améliorations correspondantes.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité