Publicité

QUESTION D'ACTU

Propecia

Calvitie : l'ANSM met en garde contre les effets secondaires du finastéride

Mardi 10 décembre, l'ANSM met en garde contre les effets secondaires du finastéride ou Propecia, médicament utilisé par les hommes pour lutter contre la chute de cheveux. Ce traitement provoquerait des troubles de l'humeur et de la libido. 

Calvitie : l'ANSM met en garde contre les effets secondaires du finastéride PAULMAGUIRE/ISTOCK

  • Publié le 10.12.2019 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Prudence si vous utilisez du finastéride pour empêcher vos cheveux de tomber. Dans un communiqué paru ce mardi 10 décembre, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a annoncé vouloir renforcer l’information des patients sur les effets secondaires associés à ce médicament, plus connu sous les appellations commerciales Propecia. Ce dernier bloque la testostérone, l’hormone qui provoque la chute des cheveux. Il est étroitement surveillé, non seulement en France, mais également au niveau européen.

En février, l’ANSM rappelait déjà les risques d’anxiété, de dépression, de pensées suicidaires et de troubles sexuels comme la dysfonction érectile, les troubles de l’éjaculation et la baisse de la libido, associés à ce médicament.

Puis, en octobre, l’agence a réuni des représentants de patients et des professionnels de santé afin de mettre au point un document d’information en plus de la notice contenue dans les boîtes de finastéride 1 mg.

Réfléchir avant de commencer le traitement

“Elaborée en concertation avec les associations de patients et les professionnels de santé concernés, cette fiche vise à renforcer l’information des patients sur le risque de survenue de certains effets indésirables, tels que des troubles psychiatriques et/ou de la fonction sexuelle associés à la prise de finastéride”, note l’agence qui assure continuer ses investigations afin d’améliorer les connaissance sur les effets secondaires du finastéride et renforcer la sécurité des consommateurs.  

Cette fiche, téléchargeable sur le site de l’ANSM, doit être remise par le médecin lors de la consultation et le pharmacien au moment de la délivrance du finastéride. Elle rappelle “les bénéfices escomptés au regard des risques associés à la prise de ce médicament indiqué dans certaines formes peu évoluées de calvitie (alopécie androgénétique) chez l’homme âgé de 18 à 41 ans ; l’intérêt de s’accorder un délai de réflexion avant de commencer ce traitement de longue durée et la conduite à tenir en cas d’effets indésirables, et notamment l’arrêt du traitement en cas de modification de ”, écrit l’agence, qui a commencé à alerter sur le Propecia dès 2012.

La justice enquête sur ce médicament

En novembre, le tribunal de grande instance de Nanterre a annoncé le lancement d’une expertise sur ce médicament après avoir été saisi par deux hommes ainsi que la famille d’un autre décédé. Pour la mère de Romain Mathieu, qui s’est suicidé en 2016 à l’âge de 25 ans après avoir pris du Propecia entre 2010 et 2013, le médicament a entraîné des troubles de la libido, de la concentration et de la mémoire, ayant entraîné sa mort. Les experts devront déterminer si “le dommage survenu et ses conséquences étaient probables, attendus et redoutés” et si le médicament provoque une “atteinte permanente à l’intégrité physique et/ou psychique”.

En mars 2019, une dizaine d’hommes a par ailleurs saisi la justice pour “défaut d’information” sur ce traitement. D’après la défense des demandeurs, de nombreux autres dossiers devraient être portés devant la justice dans les mois à venir. Environ 30 000 hommes prendraient du Propecia en France.  

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité