• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

5,9% des décès dans le monde liés à l'alcool

Une seule dose de kétamine peut réduire la consommation d’alcool

Une simple perfusion de kétamine associée à une thérapie peut aider les personnes dépendantes à réduire leur consommation d’alcool.

Une seule dose de kétamine peut réduire la consommation d’alcool BrianAJackson/iStock

  • Publié le 05.12.2019 à 12h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Chaque année, l’alcool tue 3,3 millions de personnes dans le monde selon l’Organisation mondiale de la santé. À ce jour, il n’existe que trop peu de médicaments efficaces pour lutter contre la dépendance. Cependant, des chercheurs américains ont travaillé sur une nouvelle piste: la kétamine. Il s’agit d’un psychotrope, utilisé comme anesthésiant et qui a déjà fait ses preuves dans le traitement de la dépression. Selon l’équipe scientifique, une seule injection de kétamine, associée à une thérapie comportementale, peut considérablement aider à s’abstenir de boire.

L’étude, menée par Elias Dakwar, professeur agrégé de psychiatrie clinique à l’université de Columbia, a été publiée le 2 décembre dans la revue American Journal of Psychiatry. “Nos résultats s’ajoutent à un nombre croissant de preuves selon lesquelles une dose de médicament ayant des effets psychoactifs puissants, tels que la MDMA, la psilocybine et la kétamine, peut avoir des effets immédiats et à long terme sur le comportement, en particulier lorsqu’elle est intégrée à la psychothérapie”, avance le professeur Elias Dakwar.

Une dose de kétamine plus efficace que certains médicaments

Quarante personnes souffrant de dépendance à l’alcool ont participé à l’étude. Chaque participant recevait soit une dose de kétamine, soit une dose de midazolam, un médicament déjà utilisé dans le sevrage alcoolique. De plus, toutes les personnes ont assisté à des séances d’amélioration de la motivation, un type de psychothérapie qui ne rencontre pas beaucoup de succès chez les personnes souffrant de troubles de consommation d’alcool.

L’hypothèse avancée par les chercheurs était que cette thérapie fonctionnerait mieux si elle était associée à l’injection d’une dose de kétamine en début de traitement. Ainsi, 82% des patients ayant pris de la kétamine sont restés abstinents pendant les trois semaines suivant la perfusion, contre 65% chez ceux qui ont pris le médicament midazolam. De plus, le groupe kétamine a mis plus de temps à rechuter, et a connu moins de jours avec une forte consommation d’alcool. Les chercheurs n’ont pas observé d’effets indésirables.

Être plus motivés à arrêter

Même si la kétamine s’est révélée efficace, les chercheurs ignorent encore comment elle favorise l’abstinence. Récemment, des chercheurs britanniques ont estimé que la kétamine modifiait les souvenirs liés à l'alcool. “L’une des possibilités est que la kétamine s’attaque aux vulnérabilités liées à la dépendance, telles qu’une faible motivation et un manque de résistance, qui contribuent à une consommation problématique de l’alcool. La kétamine pourrait créer un espace grâce auquel le patient pourrait bénéficier d’un traitement comportemental, et jeter de nouvelles bases pour atteindre certains objectifs”, émet le professeur Dakwar. Ainsi, les participants ont été plus en mesure de rebondir après une rechute par exemple, contrairement au groupe qui a pris le médicament midazolam. Les chercheurs étudient actuellement si plusieurs doses de kétamine améliorent encore plus l’abstinence.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité