Publicité

QUESTION D'ACTU

Institut Pasteur

Coronavirus : le scénario d'une pandémie mondiale s'éloigne

Le nouveau coronavirus est trop peu transmissible pour déclencher une épidémie mondiale. Mais les rassemblements d'individus comme le pèlerinage à la Mecque sont favorables à une mutation du virus.

Coronavirus : le scénario d\'une pandémie mondiale s\'éloigne AP/SIPA

  • Publié 05.07.2013 à 15h52
  • |
  • |
  • |
  • |


Et si l'épidémie de nouveau coronavirus MERS-CoV n'avait jamais lieu. A la veille du Ramadan et de l'arrivée de millions de pèlerins en Arabie saoudite, le paus le plus touché, les craintes d'une nouvelle pandémie mondiale étaient de plus en plus fortes ces derniers jours. Pourtant, une étude de l'Institut Pasteur publiée dans The Lancet ce vendredi rassure. D'après ces chercheurs, le nouveau coronavirus n'aurait pas de potentiel pandémique, du moins dans sa forme actuelle... 


Romulus Bréban et ses collègues de l'Institut Pasteur ont cherché à estimer le potentiel pandémique du MERS-CoV apparu en avril 2012. Pour mener à bien ce projet, les scientifiques se sont basés sur 55 des 64 cas confirmés d'infection par le virus et rapportés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) au 21 juin en les comparant aux victimes de la prépandémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2003. L'équipe a alors calculé le taux de reproduction du virus, c'est-à-dire le nombre de cas secondaires engendrés par chaque malade. Et les résultats actuels écartent clairement le scénario d'une pandémie mondiale à venir.


Le coronavirus, moins transmissible que le Sras

Car même dans le scénario le plus pessimiste, le taux de reproduction de base du virus MERS-CoV est estimé à 0,69. Or, pour déclencher une épidémie, ce taux doit atteindre au minimum 1 (chaque malade « génère » plus d’un malade). A titre de comparaison, avant qu’il ne devienne pandémique, le taux de reproduction de base du SRAS était de 0,8. Alors, même si les deux valeurs peuvent sembler proches, Arnaud Fontanet directeur de l’unité d’épidémiologie des maladies émergentes à l’Institut Pasteur se veut rassurant. « Les deux virus partagent des similarités sur le plan clinique, épidémiologique et virologique, cependant ils ont une biologie distincte, notamment l’usage de récepteurs différents à la surface des cellules humaines », explique-t-il.  Et le chercheur d'ajouter, « d’ailleurs, la diffusion du MERS-CoV est plus lente que celle du Sras. Alors que l’adaptation de ce dernier à l’homme n’a pris que quelques mois, le MERS-CoV circule depuis plus d’un an et n’a toujours pas muté dans une forme pandémique ». 


A moins que le virus ne mute...

Toutefois, les chercheurs rappellent que « le taux de reproduction du virus peut cependant évoluer à la faveur de mutations ou encore d’évènements exceptionnels, tels que des grands rassemblements de population ». Alors, pour éviter la pandémie, ces derniers estiment qu'« il est urgent d'identifier l'animal réservoir du MERS-CoV pour enrayer la transmission vers l'homme, et de maintenir une surveillance mondiale des cas suspects pour diagnostiquer, traiter et isoler le plus tôt possible les nouveaux patients ». 

Aujourd'hui, le MERS-CoV a déjà fait quarante victimes sur 77 patients infectés. Il appartient à la même famille que le virus responsable du Sras qui avait fait près de 800 morts dans le monde en 2003. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité