Publicité

QUESTION D'ACTU

Les complications de la grossesse

Prédire les naissances prématurées grâce au microbiote vaginal

Sept bactéries présentes dans le vagin et le col de l’utérus augmentent le risque de naissance prématurée. A l’inverse, certains facteurs immunitaires le diminuent.

Prédire les naissances prématurées grâce au microbiote vaginal Pixelistanbul/istock

  • Publié 25.03.2019 à 22h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Plus de 50 000 bébés naissent prématurés chaque année en France. Pour l’enfant, sortir trop tôt du ventre de sa mère augmente le risque de complications médicales, car tous ses organes ne sont pas bien formés. Une recherche parue dans la revue Nature Communications donne l’espoir de prédire ces naissances pour mieux les accompagner, voire les éviter. D’après des chercheurs américains, sept bactéries présentes dans le microbiote vaginal augmentent le risque de naissance prématurée, et certains facteurs immunitaires permettent à l’inverse de s’en protéger.

Trois types de prématurité

Une naissance est dite prématurée lorsqu’elle intervient avant la 37ème semaine d’aménorrhée. Les médecins distinguent cependant trois types de prématurité : moyenne lorsque le bébé naît entre la 32e et la 36e semaine d’aménorrhée, grande lorsqu’il naît entre la 28e et la 32e semaine, et très grande maturité lorsque la naissance a lieu avant le 6e mois de grossesse. La prématurité peut être due à une rupture des membranes, mais dans de nombreux cas, les causes restent inconnues.

Un risque plus important pour les Afro-américaines

Cette nouvelle recherche, menée conjointement par des chercheurs de l’école de médecine du Maryland et l’université de médecine Perelman en Pennsylvanie, identifie les bactéries et facteurs immunitaires associés à la prématurité pour la première fois. Les chercheurs ont analysé les frottis vaginaux de 2 000 femmes, réalisés à trois moments précis de la grossesse. Ces échantillons leur ont permis de comprendre quelle était la composition précise du microbiote vaginal. Ils ont constaté que sept bactéries présentes entre le vagin et le col de l’utérus augmentent significativement le risque de naissance prématurée, en particulier pour les Afro-américaines. A l’inverse, le peptide antimicrobien β-défensine-2, un facteur immunitaire, diminue le risque de prématurité, ses effets étaient également plus marqués chez les femmes afro-américaines.

Ces résultats donnent l’espoir aux chercheurs de pouvoir mieux identifier les femmes à risque et de développer, en parallèle, des traitements adaptés.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité