Publicité

QUESTION D'ACTU

Progrès médical

Cancer : cette technique permet d'évaluer l'efficacité des traitements bien plus rapidement

Des biopsies liquides ont permis de suivre avec précision les réponses au traitement de 28 malades souffrant d'un cancer du poumon. Dans l'ensemble, cela a pu être détecté quatre semaines plus tôt qu’avec l'imagerie et beaucoup plus précisément.

Cancer : cette technique permet d'évaluer l'efficacité des traitements bien plus rapidement istock / PongMoji

  • Publié 14.02.2019 à 17h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Deux études cliniques ont démontré que les biopsies liquides permettent de suivre avec précision les réponses au traitement du cancer du poumon en mesurant l’ADN complémentaire (ou ADNc) des tumeurs pendant l'immunothérapie et les traitements connexes.

Lorsqu’une tumeur est présente dans l’organisme, elle libère dans le sang des morceaux de son matériel génétique ainsi que quelques cellules tumorales. Ces éléments sont porteurs d’un grand nombre d’informations accessibles au départ grâce à une simple prise de sang, d’où le nom de "biopsie liquide", parmi lesquelles des mutations spécifiques signant la présence de cellules cancéreuses*.

Eviter les traitements inefficaces

"Il existe un besoin clinique de détection non invasive et en temps réel de la réponse tumorale aux traitements", indique Victor Velculescu, auteur de l’étude et chercheur au Johns Hopkins Kimmel Cancer Center. "Nos études suggèrent que les tests utilisant des échantillons de sang changeront la façon dont les patients atteints de cancer seront traités. Cela va aider à évaluer les réponses thérapeutiques plus rapidement et avec plus de précision, tout en évitant une toxicité inutile ou des traitements inefficaces", ajoute-t-il.

L’étude a porté sur 28 adultes atteints d'un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) avancé. Des échantillons de sang ont été prélevés avant les traitements, puis à intervalles réguliers par la suite.

Dans la zone grise

Dès la première semaine qui a suivi le traitement, 16 patients y répondant avaient une élimination presque complète de l'ADNc des tumeurs, pouvant être détectée dans leurs échantillons sanguins. Huit patients qui n'ont pas répondu au traitement ont présenté des évolutions limitées au niveau des taux d'ADNc et une survie significativement plus courte. Dans l'ensemble, la réponse des patients au traitement a pu être détectée quatre semaines plus tôt qu’avec l'imagerie, et beaucoup plus précisément.

"Ces résultats indiquent la valeur potentielle d'une évaluation précoce des réponses aux thérapies ciblées, surtout lorsque les résultats d'imagerie tomodensitométrique se situent dans la zone grise entre la réponse objective et la progression réelle de la maladie", explique Alessandro Leal, du Kimmel Cancer Center.

Source : Gustave Roussy

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité