Publicité

QUESTION D'ACTU

Prévention

Cancer de l'enfant : attention au risque cardiaque chez les survivants

Pour les enfants ayant survécu à un cancer, toutes les chimiothérapies ne sont pas les mêmes en termes de risque pour le cœur à long terme. 

Cancer de l'enfant : attention au risque cardiaque chez les survivants Golfcuk / istock

  • Publié 01.02.2019 à 15h07
  • |
  • |
  • |
  • |


Chez les survivants à long terme d'un cancer infantile, les maladies cardiovasculaires sont l'une des principales causes de décès précoce d'origine non cancéreuse. Dans une nouvelle étude, publiée dans JAMA Oncology, les chercheurs ont comparé quatre médicaments de chimiothérapie avec le développement d'une cardiomyopathie des années après le traitement.

Dépistage des complications cardiovasculaires chez les survivants

La cardiomyopathie est une maladie du muscle cardiaque rare, qui touche moins d’une personne sur 2000 selon le seuil admis en Europe. "L'exposition aux chimiothérapies à base d'anthracyclines, comme la doxorubicine, est depuis longtemps associée à un risque accru de maladies cardiovasculaires chez les survivants de cancer infantile à long terme", a déclaré Gregory Aune, auteur de l’étude, par ailleurs pédiatre/oncologue au UT Health San Antonio.

"Auparavant, on supposait que l'exposition à tout membre de la classe des anthracyclines comportait le même risque de complications cardiovasculaires tardives. En étudiant les résultats de plus de 28 000 survivants à long terme aux États-Unis et en Europe, cette recherche indique que l'exposition à différentes anthracyclines entraîne un risque cardiovasculaire variable à long terme. À l'avenir, il sera important de tenir compte de ces différences lors du dépistage des complications cardiovasculaires chez les survivants à long terme et de l'élaboration de traitements modernes", détaille-t-il.

L'étude a par ailleurs montré que la daunorubicine était associée à une diminution du risque de cardiomyopathie, comparativement à la doxorubicine. La mitoxantrone, une autre chimiothérapie, semblait présenter un risque de cardiomyopathie à long terme plus élevé que prévu.

Minimiser les effets secondaires tardifs des traitements

"Au cours des dernières décennies, nous nous sommes concentrés sur la mise au point de combinaisons de médicaments plus efficaces pour guérir les patients", a déclaré Gail Tomlinson, professeure de pédiatrie et directrice d’un service pédiatrique d'hématolo-oncologie. "Cela nous a permis d'augmenter considérablement le taux de survie pour la plupart des types de cancer infantile. Maintenant que tant de survivants sont là, il est impératif de mettre au point des protocoles basés sur l'objectif de minimiser les effets secondaires tardifs des traitements", explique-t-elle.

Chaque année, environ 2 550 nouveaux cas de cancers sont diagnostiqués chez les enfants et les adolescents. On estime ainsi qu'un enfant sur 440 sera atteint d'un cancer avant l'âge de 15 ans. La survie des enfants et adolescents atteints s’est améliorée de manière très significative et dépasse aujourd'hui 80%, tous cancers confondus. Chez l'enfant (moins de 15 ans), les principales localisations sont les leucémies (29% des cas dont 80% de leucémies aiguës lymphoblastiques), les tumeurs du système nerveux central (SNC) (25 %), et les lymphomes (10%).

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité