Publicité

QUESTION D'ACTU

Djihadistes français

Radicalisation islamiste : "les jeunes que nous prenons en charge s’en sortent bien"

Des médecins ont trouvé des constantes psychologiques chez les adolescents français qui se radicalisent, et des solutions pour les sortir du terrorisme islamiste. 

Radicalisation islamiste : \ zabelin / istock.

  • Publié 09.01.2019 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Cela fait déjà quatre ans que les frères Kouachi ont massacré la rédaction de Charlie Hebdo. Les cinq morts et 11 blessés de l’attentat de Strasbourg, tombés sous les balles de Cherif Chekatt le 11 décembre dernier, font douloureusement écho à la tragédie. Face à cette "routine" terroriste qui s’installe dans le pays, des psychologues et psychiatres français travaillent à la racine du mal. Leur but : trouver des constantes chez les adolescents français qui se radicalisent, afin de les faire revenir à la raison.

"Avec le recul, on a constaté qu’il n’existait aucune variable sociologique commune aux jeunes qui se radicalisent", explique Dounia Bouzar, anthropologue du fait religieux et de la gestion de la laïcité, par ailleurs auteure du livre Français radicalisés. "Tous les milieux sociaux sont concernés par ce phénomène, que se soient les classes populaires, moyennes ou aisées", ajoute la spécialiste.

Profils psychologiques

En revanche, les profils psychologiques des jeunes radicalisés se recoupent nettement. Beaucoup d’entre eux sont par exemple suivis psychologiquement bien avant de tomber dans l’engrenage. Les médecins ont aussi noté que la bascule s’effectue souvent lorsque l’adolescent fait le deuil d’une personne proche ou évolue dans un milieu familial dysfonctionnel.  

Au début de son engagement extrémiste, Hamza venait par exemple de perdre son grand-père, qui constituait pour lui un repère familial fondamental. La nouvelle appartenance à un groupe semblait combler son manque affectif : "quand j’allais sur Paris, je rejoignais des frères que je n’avais jamais vus et en dix minutes, ils devenaient des membres de ma famille, comme si je les avais toujours connus. (...) Quand je parlais avec eux, j’avais l’impression qu’ils me comprenaient mieux que personne. On partageait une même vision du monde, on s’engageait pour la même cause. Ils étaient tout le temps avec moi, quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit, dès que j’allais pas bien ou que je me posais des questions, je savais que je pouvais compter sur eux" (1).

Un contexte familial pathologique

Avant de se radicaliser, Peter évoluait quant à lui dans un contexte familial clairement pathologique."Ma mère est dépressive depuis 20 ans. Elle peut rester enfermée à la maison pendant des mois, sans même sortir pour prendre le courrier. Elle a beaucoup souffert pendant son enfance, elle a été maltraitée et a fini par vivre dehors à un très jeune âge. Encore aujourd’hui, elle fait des cauchemars. Je l’entends hurler dans son sommeil en plein milieu de la nuit. Je me sentais responsable du malheur de ma maman. Lorsqu’elle parlait de suicide ça m’angoissait", confie-t-il.

Entre 2014 et 2016, 150 individus âgés de 19 ans en moyenne ont été suivis par le Centre de Prévention des Dérives Sectaires liées à l’Islam (CPDSI) (2). Huit motivations ont été identifiées dans le choix d’engagement radical de ces jeunes : intérêt pour la violence et mégalomanie ; dépressivité et abus sexuels dans le parcours de vie ; sentiment de responsabilité et de culpabilité ; sentiment de solitude et faibles capacités d’insight (capacité de porter un regard sur soi) ; sentiment de responsabilité et besoin de sacrifice ; intérêt pour la violence et sentiment d’incertitude ; problématique majeure autour de la sexualité ; sentiment de solitude et sensitivité.

Fascination pour la violence et mégalomanie

Plusieurs motivations peuvent apparaître chez un même individu, et certaines sont plus rédhibitoires que d’autres. "Globalement, les jeunes que nous prenons en charge s’en sortent bien. Dans la majorité des cas, la radicalisation n’est que le symptôme d’un mal-être : problèmes psychologiques, histoire familiale compliquée, deuil… Une fois que l’on comprend avec eux ce qui les a poussé à se radicaliser, il est possible d’agir sur la cause, et le symptôme généralement disparaît", explique Nicolas Campelo, psychologue de l'enfant et de l'adolescent à la Pitié Salpêtrière (Paris). "En revanche, les résultats statistiques de notre recherche montrent que les motivations qui s’appuient sur une fascination pour la violence et une forme de mégalomanie sont plus difficiles à déconstruire. Les sujets qui présentent ce profil semblent avoir moins de chances de se désengager de leur croyance radicale que les autres", ajoute le psychologue. 

Obsédée par la violence, cette jeune fille de 16 ans, condamnée pour prosélytisme du terrorisme et ayant tenté de partir en Syrie à trois reprises, tend par exemple statistiquement vers un devenir plus négatif. Elle raconte : "à l’époque, (au début de ma radicalisation et de ma rencontre avec le groupe de l’EI), je regardais des vidéos, surtout de la Palestine. Les massacres qu’il y avait... Après, c’était essentiellement la Palestine quand même. J’ai regardé des centaines et des centaines de vidéos, je passais mes journées à écouter des musiques pro-palestiniennes, à regarder des vidéos qui montraient tous les massacres, les enfants qui mouraient ; histoire de bien me toucher". Ce jeune homme de 21 ans, poursuivi pour apologie du terrorisme, veut quant à lui faire partie des plus forts, traduisant une tendance mégalomaniaque. "Si la terre entière en voulait aux Musulmans, c’est que les Musulmans étaient plus forts plus que les autres. Et je voulais en être", raconte-t-il.

Prévention secondaire

A la fin de la prise en charge menée par le CPDSI, 95 individus (63%) n'étaient plus radicalisés, 21 (14%) étaient désengagés (désolidarisés du groupe radical et de ses actions violentes mais restent accrochés à une vision rigoriste de l’islam), 19 (13%) étaient encore radicalisés et 15 (10%) avaient rejoint l'État islamique en territoire irako-syrien.

"Pour le moment, l’intérêt de ces recherches sur les jeunes radicalisés sert essentiellement au niveau la prévention secondaire, c’est-à-dire une fois que l’entourage de l’adolescent a repéré des comportements ou des propos qui semblent radicaux. Le but n’est pas de traiter pour radicalisation chaque adolescent qui déprime ou qui fait le deuil d’un proche, car la radicalisation est un processus extrêmement marginal, même si les médias en parlent beaucoup", précise Nicolas Campelo. "D’ailleurs, depuis le recul de Daesh en territoire irako-syrien, l’activité de notre service a nettement diminuée. Certainement que, dans ce nouveau contexte, la radicalisation est en train de changer de mode d’expression", conclut le spécialiste. 

1) Source : "Etapes du processus de radicalisation et de déradicalisation", rédigé par Dounia Bouzar pour Practicies, projet de recherche dirigé par Séraphin Alava. L’ensemble des témoignages produits dans cet article sont extraits de ce rapport.

2) Source : "Rejoindre l'État islamique depuis la France entre 2014 et 2016 : une étude observationnelle prospective", de N. Campelo, A. Oppetit, S. Hefez, C. Thompson et D. Cohen.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité